Skip to main content

Programme d’études de l’Ontario

Kids Boost Immunity correspond aux résultats d’apprentissage du curriculum de l'Ontario énumérés ci-dessous. Vous pouvez également lire une description des principales leçons disponibles pour les élèves de l'Ontario. Chaque niveau comprend une série de leçons en lien avec le curriculum. Veuillez noter qu'il ne s'agit pas d'une liste exhaustive du programme—les enseignants de KBI ont trouvé beaucoup plus de liens avec le programme que ce qui est décrit ici! Voir ci-dessous pour une brève description des leçons disponibles pour chaque niveau.

 

Toutes les matières

La pensée critique et l’évaluation de l’information

Les leçons sur la pensée critique et l’évaluation de l’information à Kids Boost Immunity sont alignées avec plusieurs matières du programme d’études de l’Ontario. Ces leçons fournissent des exemples sur la façon dont la désinformation peut influencer l'opinion, souvent en créant un sentiment de peur. Une méthode d'évaluation par liste de contrôle permet aux étudiants d'évaluer la fiabilité des sources d'information. D'autres stratégies d'évaluation incluent une prise de conscience des préjugés personnels et l'utilisation d'une approche scientifique pour tester les idées. Pour les élèves plus âgés, on y trouve des leçons sur la conception d'expériences, la création d'hypothèses de travail, l'exploration des biais et la compréhension de la corrélation par rapport à la causalité.


Études sociales 

Domaine d'étude A. Patrimoine et identité : les sociétés anciennes

A1. Mode de vie et environnement naturel

  • A1.1 formuler des questions sur les liens entre le mode de vie et l’environnement naturel de quelques sociétés anciennes, dont une des Premières Nations et une des Inuits (p. ex., lien entre l’environnement local et l’établissement d’une communauté ou les techniques d’agriculture et d’architecture; impact du développement des villes sur l’environnement).
  • A1.2 recueillir de l’information se rapportant aux questions posées en consultant des sources primaires et secondaires (p. ex., sources primaires : arts figuratifs tels que la peinture, les mosaïques, les sculptures; sources secondaires : carte thématique ou topographique illustrant divers éléments de l’environnement naturel, carte des routes traditionnelles de commerce, cartes des territoires traditionnels des Cris, des Algonquins et des Haudenosaunee, reportage ou livre documentaire sur une société ancienne, photos téléchargées d’un musée virtuel, présentation de gardiennes ou gardiens du savoir).
  • A1.3 sélectionner l’information nécessaire pour interpréter ou produire un schéma, un plan ou une carte en lien avec son enquête (p. ex., carte climatologique identifiant les défis climatiques auxquels une société ancienne devait faire face, plan d’une ville à l’époque médiévale, carte de la Grèce identifiant des sites archéologiques, carte de migration des animaux, carte des lieux d’échanges commerciaux).
  • Piste de réflexion : Que nous apprennent les cartes des camps (saisonniers ou permanents) des Premières Nations ou inuits sur les facteurs environnementaux qui influençaient le choix de leur emplacement?
  • A1.5 tirer des conclusions sur les liens entre le mode de vie et l’environnement naturel de quelques sociétés anciennes, dont une des Premières Nations et une des Inuits (p. ex., la construction de bâtiments dans les sociétés anciennes dépendait des matériaux disponibles dans leur environnement naturel; les croyances spirituelles d’un peuple étaient liées à sa relation avec l’environnement).

A3. Caractéristiques des sociétés anciennes

  • A3.1 utiliser diverses représentations cartographiques (p. ex., mappemonde, carte climatologique ou topographique, cartes thématiques), ainsi que du matériel visuel (p. ex., photos de monuments et d’objets divers; peintures et illustrations) pour extraire de l’information sur différentes sociétés anciennes, dont une des Premières Nations et une des Inuits (p. ex., définir l’aire géographique d’une société donnée ainsi que ses caractéristiques physiques en relevant des détails distinctifs des différents modes de vie)
  • A2.1 comparer l’organisation de quelques sociétés anciennes, dont une des Premières Nations et une des Inuits (p. ex., sur le plan social : privilège hérité, statut de la personne; sur le plan du travail : division selon le sexe et le statut de la personne; sur le plan politique : personnes ayant le pouvoir de décision)
  • Pistes de réflexion : Quel était le rôle des clans dans une communauté haïda ou crie? Pourquoi dans les sociétés anciennes des Premières Nations et des Inuits, les responsabilités et les tâches quotidiennes étaient-elles partagées?

Domaine d'étude B. Communauté et environnement : les régions politiques et physiques du Canada

B1. Gestion responsable des ressources naturelles

  • B1.2 recueillir de l’information se rapportant aux questions posées en consultant des sources primaires et secondaires (p. ex., sources primaires : visite d’une industrie locale, invité en salle de classe, loi sur la protection de l’environnement en vigueur au Canada, photos aériennes d’archives montrant un site naturel avant et après l’implantation d’une industrie; sources secondaires : article de journal sur un enjeu lié à l’environnement, liste des principales lois, film ou livre documentaires sur les éoliennes).

B3. Caractéristiques des régions

  • B3.4 comparer différents types de régions et d’entités politiques au Canada (p. ex., provinces, territoires, municipalités, conseils de bandes et collectivités autochtones).
  • Pistes de réflexion : Quelle distinction existe-t-il entre les provinces et les territoires sur le plan constitutionnel? En quoi sont-ils similaires? En quoi les pouvoirs et les responsabilités d’une municipalité sont-ils similaires ou différents de ceux d’un conseil de bande des Premières Nations?
  • B3.5 décrire les provinces et les territoires canadiens en nommant leur capitale respective ainsi que leur situation géographique et démographique (p. ex., situé sur la côte Est, le Nouveau-Brunswick a pour capitale Fredericton et est la seule province officiellement bilingue du Canada avec une grande communauté acadienne; Toronto, capitale de l’Ontario, est une ville multiculturelle dont plus de la moitié des résidentes et des résidents sont nés à l’extérieur du Canada).
  • B3.7 situer des régions politiques et physiques du Canada sur des cartes imprimées ou numériques en utilisant les quatre points cardinaux et les directions intermédiaires (p. ex., N.-O., S.-O., N.-E., S.-E.) ainsi que des coordonnées géographiques (p. ex., latitude, longitude, altitude).

Éducation physique et santé

Domaine A. Apprentissage socioémotionnel

A1. Mettre en pratique, au mieux de ses capacités, diverses habiletés socioémotionnelles dans l’acquisition de connaissances et d’habiletés liées aux attentes et aux contenus d’apprentissage dans les domaines Vie active, Compétence motrice et Vie saine pour son année d’études.

  • A1.1 mettre en pratique des habiletés l’aidant à reconnaître et à gérer ses émotions, dans le cadre de situations d’apprentissage en éducation physique et santé, afin d’améliorer sa capacité à exprimer en français ses propres émotions ainsi qu’à comprendre celles des autres et à les considérer.
  • A1.2 mettre en pratique des habiletés permettant de reconnaître les sources de stress et de faire face aux difficultés, y compris être capable de demander de l’aide, dans le cadre de situations d’apprentissage en éducation physique et santé, afin de favoriser le développement de la résilience personnelle.
  • A1.3 mettre en pratique des habiletés favorisant le développement des habitudes de pensée propices à la motivation positive et à la persévérance, dans le cadre de situations d’apprentissage en éducation physique et santé, afin de susciter l’optimisme et l’espoir.
  • A1.6 mettre en pratique des habiletés l’aidant à penser de manière critique et créative, dans le cadre de situations d’apprentissage en éducation physique et santé, afin de favoriser l’établissement de liens, l’analyse, l’évaluation, la résolution de problèmes et la prise de décisions.

Domaine D. Vie saine

D1. Expliquer les facteurs qui favorisent le développement sain de la personne.

D2. Utiliser ses connaissances en matière de santé et ses habiletés socioémotionnelles afin de prendre des décisions éclairées et de poser des gestes qui contribuent à sa santé et à son bien-être.

  • D2.4 décrire l’importance des pratiques d’hygiène à la puberté (p. ex., prendre une douche régulièrement, avoir une bonne hygiène dentaire, utiliser des produits hygiéniques, changer de vêtements de façon régulière, prendre soin des membres artificiels et des dispositifs prothétiques).
  • D3. Établir des rapprochements entre la santé et le bien-être pour expliquer l’incidence des choix faits, des comportements adoptés et des facteurs environnementaux sur sa santé, son bien-être et sur la santé et le bien-être des autres.

 

Cliquez sur les en-têtes ci-dessous pour voir une description de toutes les leçons de base pour ce niveau

Toutes les matières

La pensée critique et l’évaluation de l’information

Les leçons sur la pensée critique et l’évaluation de l’information à Kids Boost Immunity sont alignées avec plusieurs matières du programme d’études de l’Ontario. Ces leçons fournissent des exemples sur la façon dont la désinformation peut influencer l'opinion, souvent en créant un sentiment de peur. Une méthode d'évaluation par liste de contrôle permet aux étudiants d'évaluer la fiabilité des sources d'information. D'autres stratégies d'évaluation incluent une prise de conscience des préjugés personnels et l'utilisation d'une approche scientifique pour tester les idées. Pour les élèves plus âgés, on y trouve des leçons sur la conception d'expériences, la création d'hypothèses de travail, l'exploration des biais et la compréhension de la corrélation par rapport à la causalité.


Sciences et technologie

Rapprochement entre les sciences, la technologie, la société et l’environnement

  • Évaluer l’impact de facteurs sociaux et environnementaux sur la santé et proposer des solutions de rechange permettant d’en contrer les inconvénients et de profiter des bienfaits.
  • Analyser les avantages et inconvénients des innovations technologiques sur les systèmes du corps humain en considérant diverses perspectives.

Acquisition d’habiletés en recherche scientifique, en conception et en communication

  • Utiliser la démarche expérimentale pour explorer les changements dans un système du corps humain (p. ex., rythme cardiaque, respiration, capacité pulmonaire, température corporelle) résultant de l’activité physique. 

Compréhension des concepts

  • Identifier des maladies courantes qui affectent les organes et les systèmes.

Études sociales

Domaine A. Patrimoine et identité : les interactions entre les communautés autochtones, et entre celles-ci et les Européens sur le territoire qui deviendra le Canada (avant 1713)

A1. Communautés autochtones et européennes

  • A1.1 formuler des questions qui orienteront son enquête sur les relations entre les communautés autochtones ainsi qu’entre celles-ci et les Européens sur le territoire qui deviendra le Canada.
  • A1.2 recueillir de l’information se rapportant aux questions posées en consultant des sources primaires et secondaires (p. ex., sources primaires : collection numérisée dans un musée, artefacts divers recouvrés lors de fouilles, lettres ou carnets écrits par une personne de l’époque; sources secondaires : illustrations de l’époque représentant le mode de vie de personnes de diverses cultures, films ou livres documentaires décrivant le mode de vie de communautés de Premières Nations, de Métis et d’Inuits, récits issus de la tradition orale, pièce de théâtre en français qui traite des activités d’un coureur des bois ou de la vie quotidienne dans une seigneurie).
  • A1.3 sélectionner l’information nécessaire pour interpréter ou produire un schéma, un plan ou une carte en lien avec son enquête (p. ex., schéma ou plan d’un poste de traite; carte thématique illustrant les caractéristiques physiques de l’environnement des postes de traite; carte d’établissements inuits, ligne du temps ou carte illustrant l’expansion territoriale de la Nouvelle-France).
  • A1.5 tirer des conclusions sur les relations entre les individus et les communautés des Premières Nations, métis et inuits, entre les Européens et entre les individus des Premières Nations, métis et inuits et les Européens en Amérique du Nord (p. ex., l’établissement des seigneuries sur les rives du fleuve Saint-Laurent a permis le développement de l’agriculture; la traite des fourrures a dominé l’économie de la Nouvelle-France et a été une source de conflits avec les Anglais et certains peuples autochtones.)
  • A1.6 communiquer en français les résultats de son enquête en utilisant le vocabulaire approprié en recourant à divers médias ou modes de présentation (p. ex., vocabulaire : « récits oraux », « ceinture de wampum », « traité »; « missionnaire », « colonisateur », « coureur des bois », « explorateur », «  seigneur », « Filles du Roi »; médias et modes de présentation : montage d’illustrations de l’époque, ligne du temps des événements importants dans le développement de la Nouvelle-France, schéma représentant l’évolution de la traite des fourrures, poème décrivant les défis de l’époque, tableau de synthèse du rôle que Samuel de Champlain a joué dans l’établissement de la Nouvelle-France, dessin ou bande dessinée illustrant le dialogue entre un Européen et un Autochtone).

A2. Héritage culturel

  • A2.1 identifier les peuples qui occupaient le territoire qui deviendra le Canada à l’époque des premiers contacts avec les Européens (p. ex., vallée du Saint-Laurent et les bords des Grands Lacs : Anishinaabek, Innus, Abénakis, Hurons-Wendat, Haudenosaunee, Outaouais, Potéouatamis, Weskarinis; région de l’Atlantique : Béothuks, Innus, Mi’kmaq, Passamaquoddys, Wolastoqiyik; région de l’Arctique : Inuits), et décrire les principales caractéristiques de ces peuples (p. ex., valeurs, croyances, modes de vie, rôles des femmes, des hommes et des enfants, traditions, langues, gouvernance, nourriture, vêtements), ainsi que la nature de leurs relations réciproques (p. ex., commerce, alliances, conflits, coopération).
  • A2.3 décrire des conséquences positives (p. ex., partage des connaissances en médecine, coopération dans la traite des fourrures, établissement de liens entre individus des deux groupes) et négatives (p. ex., délocalisation des communautés des Premières Nations, propagation des maladies européennes, accès aux armes des Européens pour les peuples autochtones rendant les guerres plus meurtrières, introduction de l’alcool, traitement inhumain des Autochtones causé par le racisme et la xénophobie, esclavage) des relations entre les Européens et les Premières Nations sur le territoire qui deviendra le Canada.
  • A2.4 expliquer comment les relations entre les communautés autochtones, les colonisateurs français et les colonisateurs anglais ont façonné le Canada d’aujourd’hui (p. ex., conditions de vie dans les communautés autochtones, revendications territoriales, exploitation des ressources naturelles des territoires revendiqués, présence de communautés francophones et anglophones sur le territoire canadien).
  • A2.7 identifier les facteurs qui ont mené à la naissance du peuple métis sur le territoire qui deviendra le Canada et plus particulièrement dans la région des Grands Lacs et de Mattawa (p. ex., mariage entre des membres des Premières Nations et des Européens).

A3. Vie économique et organisation sociale

  • A3.3 comparer le mode de vie des communautés autochtones à celui des Européens à cette époque (p. ex., pratiques culturelles, utilisation du territoire, vision environnementale, rôles et responsabilités des membres de la communauté).
  • A3.4 décrire divers aspects de la vie économique à cette époque ainsi que leurs effets sur les communautés des Premières Nations, des Métis et des Inuits (p. ex., troc entre les Premières Nations, les Métis et les Européens, lieux d’échanges et de commerce).

Domaine B. Communauté et environnement : l'action gouvernementale et citoyenne

B1. Enjeux d'ordre social ou environnemental

  • B1.1 formuler des questions qui orienteront son enquête sur un enjeu d’ordre social ou environnemental au Canada (p. ex., accès aux services en français, pauvreté chez les enfants dans les réserves ou les grands centres urbains, itinérance, harcèlement en milieu scolaire, accès aux soins de santé; élimination des déchets, destruction des écosystèmes, déterminants sociaux de la santé) selon diverses perspectives, incluant celles des Premières Nations, des Métis et des Inuits (p. ex., l’un des paliers de gouvernement; organisations non gouvernementales [Aide à l’enfance Canada, WWF-Canada], spécialistes [en environnement, en écologie, en psychologie, en médecine], toute citoyenne ou tout citoyen impliqué dans l’enjeu).
  • B1.2 recueillir de l’information se rapportant aux questions posées en consultant des sources primaires et secondaires (p. ex., sources primaires : témoignages de personnes affectées par le changement climatique dans le Grand Nord canadien, visite d’un site de recyclage, renseignements sur les changements climatiques et leurs conséquences sur le monde naturel recueillis grâce à la transmission orale et à des entretiens avec des Aînées ou Aînés et des gardiennes ou gardiens du savoir; sources secondaires : photos montrant l’impact du changement climatique sur le mode de vie des Inuits, articles présentant la position du gouvernement fédéral sur les sources d’émission de monoxyde de carbone au Canada, des éditoriaux et des articles provenant des médias autochtones traitant des impacts du changement climatique).
  • B1.4 analyser l’information rassemblée pour en faire l’interprétation en utilisant divers outils organisationnels (p. ex., tableau illustrant les effets du changement climatique au Canada; tableau comparatif illustrant les différents points de vue sur un sujet donné [institutions gouvernementales, organisations non gouvernementales et membres de la société civile]; diagramme qui montre l’ampleur de l’itinérance dans diverses municipalités).
  • B1.5 tirer des conclusions sur un enjeu d’ordre social ou environnemental au Canada selon diverses perspectives gouvernementales, incluant celles de Premières Nations, des Métis et des Inuits (p. ex., la Loi sur les services en français contribue à la protection et à la valorisation de la culture canadienne-française; grâce aux programmes municipaux sur le recyclage, l’environnement d’une communauté est protégé).

B2. Interventions gouvernementales et citoyennes

  • B2.1 analyser l’efficacité des mesures prises par divers paliers gouvernementaux, incluant les gouvernements des Premières Nations, des Métis et des Inuits (p. ex., fédéral, provincial/territorial, municipal, conseil de bande), pour régler un enjeu d’envergure nationale, provinciale ou locale (p. ex., politiques liées à la gestion des Grands Lacs; programmes visant la réduction de la pauvreté chez les enfants; Loi sur le Grand Nord [2010] pour répondre aux préoccupations des Premières Nations sur le développement du Nord de l’Ontario; Loi sur les services en français pour répondre aux besoins des francophones de l’Ontario; relations entre le gouvernement fédéral et les Premières Nations, les Métis et les Inuits; Conseil jeunesse du Premier ministre; politiques et actions portant sur l’eau potable dans les communautés des Premières Nations; politiques et actions portant sur le logement dans les communautés des Inuits; mesures prises en vertu de la Loi de 2015 sur le Secrétariat de la nation métisse de l’Ontario, du point de vue des Métis et des gouvernements fédéral et provincial).
  • B2.2 décrire des interventions gouvernementales, incluant les gouvernements des Premières Nations, des Métis et des Inuits, et des interventions citoyennes qui tentent de résoudre des problèmes d’ordre social ou environnemental (p. ex., interventions gouvernementales : politique fédérale pour limiter les effets négatifs du changement climatique de l’Arctique; politique provinciale en matière de santé mentale chez les enfants ou réglementation pour réduire les risques de collision avec des animaux sauvages sur les routes; programme du conseil de bande pour le recyclage et la gestion des déchets ou plan d’action municipal pour remédier au problème du vandalisme; lois qui touchent les pratiques traditionnelles des Autochtones comme la cueillette, la pêche et la chasse; projets communautaires ou stratégies mis en place pour sauvegarder les langues autochtones; interventions citoyennes : adresser une pétition aux autorités municipales pour améliorer l’entretien du parc de son quartier; envoyer une lettre au maire pour faire part de ses inquiétudes sur le manque de ressources en français à la bibliothèque municipale; organiser une protestation pacifique).

B3. Droits et responsabilités

  • B3.2 décrire des responsabilités de différents paliers de gouvernement au Canada (p. ex., le gouvernement fédéral administre la défense et la délivrance des passeports; les provinces s’occupent de la santé et de l’éducation; les municipalités s’occupent de la collecte des ordures, du transport en commun et des bibliothèques; les gouvernements des Premières Nations et des Inuits sont responsables de l’éducation, du logement et des finances de leurs communautés).
  • B3.3 identifier les responsabilités partagées entre différents paliers de gouvernement pour résoudre des enjeux d’ordre social ou environnemental (p. ex., services en français, soins de santé, protection de l’environnement, maintien de l’ordre, services de transport, éducation)

Éducation physique et santé

Domaine A. Apprentissage socioémotionnel

  • A1.1 Mettre en pratique des habiletés l’aidant à reconnaître et à gérer ses émotions, dans le cadre de situations d’apprentissage en éducation physique et santé, afin d’améliorer sa capacité à exprimer en français ses propres émotions ainsi qu’à comprendre celles des autres et à les considérer 
  • A1.2 Mettre en pratique des habiletés permettant de reconnaître les sources de stress et de faire face aux difficultés, y compris être capable de demander de l’aide, dans le cadre de situations d’apprentissage en éducation physique et santé, afin de favoriser le développement de la résilience personnelle
  • A1.3 Mettre en pratique des habiletés favorisant le développement des habitudes de pensée propices à la motivation positive et à la persévérance, dans le cadre de situations d’apprentissage en éducation physique et santé, afin de susciter l’optimisme et l’espoir
  • A1.6 Mettre en pratique des habiletés l’aidant à penser de manière critique et créative, dans le cadre de situations d’apprentissage en éducation physique et santé, afin de favoriser l’établissement de liens, l’analyse, l’évaluation, la résolution de problèmes et la prise de décisions

 

Cliquez sur les en-têtes ci-dessous pour voir une description de toutes les leçons de base pour ce niveau

Toutes les matières

La pensée critique et l’évaluation de l’information

Les leçons sur la pensée critique et l’évaluation de l’information à Kids Boost Immunity sont alignées avec plusieurs matières du programme d’études de l’Ontario. Ces leçons fournissent des exemples sur la façon dont la désinformation peut influencer l'opinion, souvent en créant un sentiment de peur. Une méthode d'évaluation par liste de contrôle permet aux étudiants d'évaluer la fiabilité des sources d'information. D'autres stratégies d'évaluation incluent une prise de conscience des préjugés personnels et l'utilisation d'une approche scientifique pour tester les idées. Pour les élèves plus âgés, on y trouve des leçons sur la conception d'expériences, la création d'hypothèses de travail, l'exploration des biais et la compréhension de la corrélation par rapport à la causalité.


Mathématiques

C1. Suites et relations

  • C1.1 Reconnaître et décrire des suites à motif répété ainsi que des suites croissantes et des suites décroissantes, y compris celles trouvées dans la vie quotidienne, et déterminer lesquelles sont des suites croissantes linéaires.  
  • C1.4 Créer et décrire des suites numériques comprenant des nombres naturels et des nombres décimaux, et représenter des relations entre ces nombres.

D2. Probabilité

  • D2.1 Utiliser des fractions, des nombres décimaux et des pourcentages pour exprimer la probabilité que des événements se produisent, la représenter sur une ligne de probabilité et s’appuyer sur cette probabilité pour faire des prédictions et prendre des décisions éclairées.
  • D2.2 Déterminer et comparer les probabilités théoriques et expérimentales que deux événements indépendants se produisent.

Sciences et technologie

Systèmes vivants : la biodiversité

Compréhension des concepts

  • Identifier et décrire des caractéristiques des plantes et des animaux et utiliser ces caractéristiques pour classifier diverses espèces de plantes et d’animaux

Acquisition d’habiletés en recherche scientifique, en conception et en communication

  • Utiliser la démarche de recherche pour comparer des organismes du règne animal et végétal

Compréhension des concepts

  • Identifier et décrire des caractéristiques des plantes et des animaux et utiliser ces caractéristiques pour classifier diverses espèces de plantes et d’animaux
  • Décrire comment la diversité au sein d’une espèce est essentielle à sa survie

Études sociales

Domaine A. Patrimoine et identité : l'expérience canadienne hier et aujourd'hui

A1. Expérience canadienne d'hier et d'aujourd'hui

  • A1.1 formuler des questions qui orienteront son enquête sur l’expérience d’au moins deux communautés linguistiques et culturelles du Canada, dont une de Premières Nations, de Métis ou d’Inuits (p. ex., le développement du système des réserves selon le point de vue des Premières Nations et du gouvernement fédéral; la déportation des Acadiens selon le point de vue de la communauté acadienne, de la francophonie canadienne et des autorités coloniales britanniques de l’époque; l’histoire de l’industrie minière dans une communauté comme Sudbury selon le point de vue des aînés et des générations plus jeunes).
  • A1. 2 recueillir de l’information se rapportant aux questions posées en consultant des sources primaires et secondaires (p. ex., sources primaires : témoignage oral ou direct publié, entrevues avec des Aînées ou Aînés autochtones et des gardiennes ou gardiens du savoir, journal de bord d’un voyage, traités, ceintures de wampum; sources secondaires : spectacle, cartes, chansons, peintures, articles de journaux, film ou livre documentaires).
  • A1.3 sélectionner l’information nécessaire pour interpréter ou produire un schéma, un plan ou une carte en lien avec son enquête (p. ex., carte illustrant la délocalisation des communautés des Premières Nations, des Métis et des Inuits à la suite de l’arrivée des Européens, carte identifiant les régions où vivaient les Métis par rapport à celles où vivaient les Écossais dans le district de la rivière Rouge au Manitoba).
  • A1.5 tirer des conclusions sur une expérience d’au moins deux communautés linguistiques et culturelles du Canada, incluant une communauté de Premières Nations, de Métis ou d’Inuits (p. ex., l’attitude des autorités canadiennes d’hier envers certains groupes qui allait à l’encontre des valeurs que défend le Canada aujourd’hui; l’avenir des communautés forestières du Nord de l’Ontario est à risque; la forte demande en minerais au niveau mondial relance l’économie des communautés minières du Nord de l’Ontario et d’ailleurs au Canada).

A3. Développement des communautés au Canada

  • A3.1 identifier le territoire traditionnel autochtone visé par un traité sur lequel se trouve votre communauté (p. ex., Orillia est située sur un territoire traditionnel ojibwé, chippewa et anishinaabe, qui est visé par les traités Williams; Sault Ste. Marie est située sur un territoire traditionnel métis, cri, ojibwé, chippewa et anishinaabe, qui est visé par le traité Robinson-Huron).
  • A3.2 identifier des raisons pour lesquelles des personnes de divers pays sont venues s’établir au Canada par le passé et continuent de le faire aujourd’hui
  • A3.4 décrire des événements marquants dans l’histoire de deux communautés canadiennes ou plus, incluant une de Premières Nations, de Métis ou d’Inuits (p. ex., peuples autochtones : traités, système de réserves, Loi sur les Indiens, pensionnats indiens, création du Nunavut).
  • A3.5 décrire des éléments dits fondamentaux de l’identité canadienne (p. ex., inclusion, respect des droits de la personne, multiculturalisme, démocratie parlementaire, bilinguisme, reconnaissance des peuples fondateurs, symboles, paysages).

B1. Enjeux de société de portée internationale

  • B1.1 formuler des questions qui orienteront son enquête sur un enjeu de société de portée internationale, l’impact de cet enjeu sur la communauté mondiale et les mesures pour y faire face (p. ex., la protection de la diversité culturelle, l’aide à l’enfance dans le monde, le développement des énergies renouvelables, l’aide aux pays en voie de développement, la protection et l’appui aux réfugiés, l’assistance humanitaire suite à une catastrophe naturelle).
  • B1.3 sélectionner l’information nécessaire pour interpréter ou produire un schéma, un plan ou une carte en lien avec son enquête (p. ex., diagramme climatique pour déterminer la diminution des précipitations dans une région ou un pays; carte numérique pour situer une région touchée par une catastrophe naturelle, carte thématique illustrant la provenance de quelques produits de consommation courante que le Canada doit importer de pays en voie de développement [cacao, café, thé]).

B2. Le Canada et la coopération internationale

  • B2.1 expliquer les raisons de l’adhésion du Canada à différentes organisations internationales et de la ratification du Canada de différents accords internationaux.
  • B2.2 analyser les mesures prises par des gouvernements canadiens, des organisations non gouvernementales (ONG) et des particuliers pour faire face à un enjeu culturel, social, économique, environnemental ou politique de portée internationale.
  • B2.3 expliquer les raisons pour lesquelles certains enjeux environnementaux nécessitent une action concertée de la part de la communauté internationale.

B3. Relations du Canada à l'échelle mondiale

  • B3.1 décrire des moyens (p. ex., adhésion à des organisations internationales telles que l’ONU, l’OMC et l’OIF, des alliances militaires, des accords de portée commerciale ou environnementale tels que l’ALENA et le Protocole de Kyoto) par l’entremise desquels le Canada entretient des relations avec d’autres pays du monde).
  • B3.2 décrire différents types d’organisations actives sur la scène internationale dans lesquelles le Canada et les Canadiennes et Canadiens sont engagés pour faire face à un enjeu de portée internationale.
  • B3.3 décrire l’engagement par le gouvernement canadien et des ONG pour répondre à des situations d’urgence ou de détresse à travers le monde. 
  • B3.4 décrire les effets des relations politiques, économiques ou sociales entre le Canada et d’autres régions du monde.
  • B3.5 situer sur une mappemonde les pays, leurs capitales ainsi que leurs principaux centres urbains afin d’extraire les raisons (p. ex., proximité géographique, gouvernement stable, accès à des produits qui se vendent bien au Canada, marché important pour l’exportation de produits et services canadiens, accès à une main-d’œuvre et à des ressources étrangères) pour lesquelles le Canada entretient d’étroites relations commerciales avec ces pays.

Éducation physique et santé

Domaine A. Apprentissage socioémotionnel

  • A1.2 Mettre en pratique des habiletés permettant de reconnaître les sources de stress et de faire face aux difficultés, y compris être capable de demander de l’aide, dans le cadre de situations d’apprentissage en éducation physique et santé, afin de favoriser le développement de la résilience personnelle.
  • A1.6 Mettre en pratique des habiletés l’aidant à penser de manière critique et créative, dans le cadre de situations d’apprentissage en éducation physique et santé, afin de favoriser l’établissement de liens, l’analyse, l’évaluation, la résolution de problèmes et la prise de décisions.

 

Cliquez sur les en-têtes ci-dessous pour voir une description de toutes les leçons de base pour ce niveau

Toutes les matières

La pensée critique et l’évaluation de l’information

Les leçons sur la pensée critique et l’évaluation de l’information à Kids Boost Immunity sont alignées avec plusieurs matières du programme d’études de l’Ontario. Ces leçons fournissent des exemples sur la façon dont la désinformation peut influencer l'opinion, souvent en créant un sentiment de peur. Une méthode d'évaluation par liste de contrôle permet aux étudiants d'évaluer la fiabilité des sources d'information. D'autres stratégies d'évaluation incluent une prise de conscience des préjugés personnels et l'utilisation d'une approche scientifique pour tester les idées. Pour les élèves plus âgés, on y trouve des leçons sur la conception d'expériences, la création d'hypothèses de travail, l'exploration des biais et la compréhension de la corrélation par rapport à la causalité.


Sciences et technologie

« Les sciences et la technologie n’existent pas en vase clos. Elles s’insèrent dans un contexte socio-économique et culturel beaucoup plus vaste. La mondialisation de l’économie, les menaces qui pèsent sur l’environnement et les changements rapides que subit la société influent considérablement sur le développement scientifique et technologique. » p. 6). Toutes les leçons de science sur KBI répondent à cet objectif général.


Histoire

Domaine d'étude A. La Nouvelle-France et l'Amérique du Nord britannique (1713-1800)

A1. Utiliser le processus d’enquête pour explorer les événements et les enjeux de la Conquête et du passage du régime français au régime anglais selon le point de vue de différents groupes et de différentes communautés de l’époque, incluant les Premières Nations, les Métis et les Inuits.

  • A1.1 formuler des questions qui orienteront son enquête sur les événements et les enjeux de la Conquête et du passage du régime français au régime anglais (p. ex., les principales batailles dans les colonies; la traite des fourrures; les changements de structure juridique et les changements liés aux droits territoriaux; les changements liés aux traités; les débats entre les Britanniques et les colonies majoritairement françaises) selon le point de vue de différents groupes et de différentes communautés de l’époque, incluant les Premières Nations, les Métis et les Inuits.
  • A1.2 recueillir de l’information se rapportant aux questions posées en consultant des sources primaires et secondaires (p. ex., sources primaires : collections d’images [dessins, tableaux], archives historiques [journaux intimes, discours, documents légaux], récits oraux autochtones; sources secondaires : ouvrages de référence, articles de journaux, sites web spécialisés).
  • A1.3 évaluer la crédibilité des sources ainsi que la validité et la fiabilité de l’information recueillie à partir de critères précis (p. ex., perspective et intention de l’auteur, contexte de communication, souci d’exactitude et de précision, absence de préjugés, valeurs véhiculées).
  • A1.6 tirer des conclusions sur les événements et les enjeux de la Conquête et du passage du régime français au régime anglais selon les points de vue de différents groupes et de différentes communautés de l’époque, incluant les Premières Nations, les Métis et les Inuits. 

A2. Comparer le contexte socioéconomique ainsi que les défis relevés par différents groupes et différentes communautés du Canada, incluant les Premières Nations, les Métis et les Inuits, entre 1713 et 1800 à ceux de la population canadienne contemporaine.

  • A2.1 analyser certains facteurs qui ont influé sur les relations entre les individus et les différents groupes et différentes communautés au Canada, incluant les Premières Nations, les Métis et les Inuits, entre 1713 et 1800.
  • A2.2 comparer les moyens utilisés à l’époque et aujourd’hui par différents groupes incluant les Premières Nations, les Métis et les Inuits (p. ex., peuple canadien-français, communautés autochtones; personnes ayant un handicap ou malades, personnes âgées), pour surmonter divers défis (p. ex., liés aux conditions climatiques, à l’hygiène et aux soins de santé, aux conditions de travail, à l’isolement, à la discrimination, aux épidémies).
  • A2.4 analyser l’impact des principaux changements sociaux et économiques entre 1713 et 1800 sur les individus, les groupes et les communautés au Canada, incluant les Premières Nations, les Métis et les Inuits (p. ex., établissements loyalistes, essor de l’agriculture et des industries de la pêche et du bois, ethnogenèse des Métis). 

A3. Évènements de la conquête

  • A3.5 décrire des aspects de la vie quotidienne de différents groupes et de différentes communautés, incluant les Premières Nations, les Métis et les Inuits, au Canada entre 1713 et 1800.

Domaine B. Conflits et défis au Canada (1800-1850)

B1. Utiliser le processus d’enquête pour explorer un enjeu, un événement ou un mouvement de grande portée pour le Canada entre 1800 et 1850 selon le point de vue de différents groupes et de différentes communautés, incluant les Premières Nations, les Métis et les Inuits. 

B2. Analyser le contexte socioéconomique ainsi que les défis relevés par différents groupes et différentes communautés du Canada, incluant les Premières Nations, les Métis et les Inuits, entre 1800 et 1850.

  • B2.1 analyser les relations entre des personnes et des groupes au Canada entre 1800 et 1850 (p. ex., entre les Premières Nations, les Métis, les Inuits, les Britanniques et les Canadiens français; entre les catholiques et les protestants; entre la  Clique du Château et les réformistes du Bas-Canada) ainsi que les facteurs qui ont influé sur ces relations (p. ex., modification de l’échiquier démographique du fait de l’immigration des îles britanniques, crise agricole de 1830, épidémies, montée en puissance des milieux d’affaires anglophones, discrimination et ségrégation).
  • B2.2 décrire des expériences ou des défis que divers groupes ont eu à surmonter au Canada entre 1800 et 1850, incluant les Premières Nations, les Métis et les Inuits (p. ex., défis liés à la santé, à l’éducation, à la xénophobie, aux conditions de travail dans une ville comme Québec sous le régime français puis anglais, dans un camp de bûcherons, dans une seigneurie ou dans un village autochtone).
  • B2.3 dégager des ressemblances et des différences entre divers aspects de la vie quotidienne et les valeurs sociales de différents groupes et de différentes communautés, incluant les Premières Nations, les Métis et les Inuits, habitant le Canada entre 1800 et 1850 (p. ex., conditions de vie de différents groupes sociaux, attitude envers les immigrants irlandais, les Afro-Canadiens ou les Autochtones).
  • B2.4 analyser l’impact des principaux changements sociaux et économiques au Canada entre 1800 et 1850 sur les individus, les groupes et les communautés, incluant les Premières Nations, les Métis et les Inuits (p. ex., réforme de l’éducation, immigration irlandaise sans précédent, propagation de maladies, récession mondiale des années 1830, fondation d’institutions financières, importante augmentation de la demande en bois de la part de l’Angleterre, investissements massifs dans le transport fluvial).

Éducation physique et santé

Domaine A. Apprentissage socioémotionnel

  • A1.6 mettre en pratique des habiletés l’aidant à penser de manière critique et créative, dans le cadre de situations d’apprentissage en éducation physique et santé, afin de favoriser l’établissement de liens, l’analyse, l’évaluation, la résolution de problèmes et la prise de décisions.

 

Cliquez sur les en-têtes ci-dessous pour voir une description de toutes les leçons de base pour ce niveau



Toutes les matières

La pensée critique et l’évaluation de l’information

Les leçons sur la pensée critique et l’évaluation de l’information à Kids Boost Immunity sont alignées avec plusieurs matières du programme d’études de l’Ontario. Ces leçons fournissent des exemples sur la façon dont la désinformation peut influencer l'opinion, souvent en créant un sentiment de peur. Une méthode d'évaluation par liste de contrôle permet aux étudiants d'évaluer la fiabilité des sources d'information. D'autres stratégies d'évaluation incluent une prise de conscience des préjugés personnels et l'utilisation d'une approche scientifique pour tester les idées. Pour les élèves plus âgés, on y trouve des leçons sur la conception d'expériences, la création d'hypothèses de travail, l'exploration des biais et la compréhension de la corrélation par rapport à la causalité.


Sciences et technologie

« Les sciences et la technologie n’existent pas en vase clos. Elles s’insèrent dans un contexte socio-économique et culturel beaucoup plus vaste. La mondialisation de l’économie, les menaces qui pèsent sur l’environnement et les changements rapides que subit la société influent considérablement sur le développement scientifique et technologique. » p. 6) Toutes les leçons de science sur KBI répondent à cet objectif général.

Systèmes vivants : la cellule

Compréhension des concepts

  • Utiliser la théorie cellulaire pour décrire la nature des cellules
  • Identifier les structures et organites cellulaires, dont la membrane cellulaire, le noyau, le cytoplasme, la mitochondrie, la vacuole, le chloroplaste, le lysosome, le réticulum endoplasmique, le ribosome et l’appareil de Golgi, et en expliquer les fonctions de base
  • Identifier des organismes unicellulaires (p. ex., amibe) et multicellulaires (p. ex., hydre, ver de terre, humain) et comparer la façon dont ils comblent leurs besoins essentiels

Géographie

Domaine B. Développement et qualité de vie à l'échelle mondiale

B1. Inégalités de développement et qualité de vie

  • B1.1 formuler des questions qui orienteront son enquête sur des enjeux liés aux inégalités de développement et à la qualité de vie dans le monde.
  • B1.2 recueillir de l’information se rapportant aux questions posées en consultant des sources primaires et secondaires.
  • B1.3 sélectionner l’information nécessaire pour interpréter ou produire un schéma, un plan ou une carte en lien avec son enquête.
  • B1.4 analyser l’information recueillie pour en faire l’interprétation en utilisant divers outils organisationnels.

B2. Inégalités dans le monde

  • B2.1 expliquer l’interdépendance des facteurs liés à la qualité de vie dans le monde (p. ex., un pays où l’éducation est accessible à tous aura un taux d’alphabétisation élevé qui sera probablement combiné à un taux d’emploi assez élevé, et à un taux de fécondité et de natalité assez faible; le manque d’accès d’une population à l’eau potable entraîne l’augmentation de maladies d’origine hydrique et du taux de mortalité, notamment infantile). 
  • B2.2 établir un lien entre des facteurs qui pèsent sur les économies de pays en voie de développement et de pays développés et la qualité de vie dans ces pays
  • B2.3 analyser l’efficacité de politiques et programmes visant à améliorer la qualité de vie dans divers pays du monde (p. ex., programmes gouvernementaux et intergouvernementaux visant à améliorer l’accès à l’eau potable, à rehausser le taux d’alphabétisation de la population, à dispenser des soins aux personnes atteintes du syndrome d’immunodéficience acquise [SIDA], à réduire la violence faite aux femmes ou la main d’œuvre enfantine).
  • B2.4 analyser l’efficacité d’interventions ou de campagnes médiatiques visant à attirer l’attention du grand public sur des enjeux liés au développement et à l’amélioration de la qualité de vie dans le monde.

 B3. Développement économique et qualité de vie dans l’espace mondial

  • B3.1 comparer des indicateurs du développement et de la qualité de vie de pays en voie de développement et ceux de pays développés (p. ex., taux de natalité, mortalité infantile, espérance de vie, accès aux soins de santé, accès à de l’eau potable, taux de pauvreté, taux d’alphabétisation, dette nationale, produit intérieur brut [PIB] par habitant), à l’aide de pyramides d’âges et de diagrammes en nuage de points.
  • B3.2 décrire la mission de divers groupes et diverses organisations qui œuvrent à l’amélioration de la qualité de vie dans le monde (p. ex., Enfants Entraide, Médecins sans Frontières, SOS faim, De l’eau pour tous; Organisation internationale de la francophonie [OIF]).
  • B3.5 décrire divers facteurs (p. ex., environnementaux, sociaux, économiques, historiques, politiques) qui peuvent contribuer ou faire obstacle au développement économique d’un pays (p. ex., accès à des ressources naturelles et économiques, configuration des échanges commerciaux, dépenses publiques; exploitation non réglementée de ressources nationales par des étrangers, conflit).
  • B3.9 décrire la distribution spatiale de la richesse dans le monde et à l’intérieur d’un pays

Histoire

Domaine A. Création du Canada (1850-1890)

A1. Enjeux, évènements et mouvements de grande portée

  • A1.1 formuler des questions qui orienteront son enquête sur un enjeu, un événement ou un mouvement de grande portée pour le Canada entre 1850 et 1890 (p. ex., le projet de la Confédération, la construction de la ligne de chemin de fer transcontinentale, la résistance des Métis et des Premières Nations au Traité no  6), selon les points de vue de différents groupes et de différentes communautés de l’époque, incluant les Premières Nations, les Métis et les Inuits.
  • A1.2 recueillir de l’information se rapportant aux questions posées en consultant des sources primaires et secondaires (p. ex., sources primaires : collections d’images [dessins, tableaux], archives historiques [journaux intimes, discours, documents légaux], récits oraux autochtones; sources secondaires : ouvrages de référence, articles de journaux, sites web spécialisés).
  • A1.3 évaluer la crédibilité des sources ainsi que la validité et la fiabilité de l’information recueillie à partir de critères précis (p. ex., perspective et intention de l’auteur, contexte de communication, souci d’exactitude et de précision, absence de préjugés, valeurs véhiculées).
  • A1.6 tirer des conclusions sur un enjeu, un événement ou un mouvement de grande portée pour le Canada entre 1850 et 1890 selon le point de vue de différents groupes et de différentes communautés de l’époque, incluant les Premières Nations, les Métis et les Inuits.

A2. Défis sociaux, économiques et politiques

  • A2.1 expliquer l’impact des principaux changements sociaux, économiques et politiques au Canada entre 1850 et 1890 sur les personnes, les groupes et les communautés, incluant les Premières Nations, les Métis et les Inuits.
  • A2.2 décrire des situations de coopération et de conflit entre divers groupes au Canada entre 1850 et 1890 (p. ex., tensions ethniques, linguistiques et confessionnelles entre anglophones et francophones, alliances de politiques en faveur de la Confédération, résistance des Métis contre le gouvernement fédéral, solidarité ouvrière pour l’amélioration des conditions de travail dans les usines et les manufactures, rôle des Inuits dans les échanges avec les Européens et le développement de l’Arctique).
  • A2.3 décrire des situations d’injustices et d’inégalités vécues par différents groupes ou personnes, incluant les Premières Nations, les Métis et les Inuits, au Canada entre 1850 et 1890 (p. ex., refus de donner le droit de vote aux Autochtones, aux personnes racialisées et aux femmes, taxe d’entrée imposée aux immigrantes et immigrants en provenance de Chine, restrictions des droits des Premières Nations dans les réserves, question des terres de l’Île-du-Prince-Édouard, Loi sur les Indiens).
  • A2.4 évaluer l’impact des différents statuts et limites imposés aux Premières Nations, aux Métis et aux Inuits (p. ex., droits de propriété, Acte pour mieux protéger les terres et les propriétés de Sauvages dans le Bas-Canada [1850], Acte pour encourager la civilisation graduelle des tribus sauvages en cette Province [1857], Acte pourvoyant à l’émancipation graduelle des Sauvages [1869], Loi sur les Indiens, statut d’Indiens, assimilation, exclusion des Métis des traités, travail des Inuits dans le commerce de l’huile de baleine).
  • A2.5 analyser des moyens d’action citoyenne ou de résistance civile (p. ex., la création du Comité national des Métis en 1869, la négociation, la communication dans la presse écrite, l’engagement politique, la formation de syndicats, la grève) auxquels ont eu recours des personnes, des groupes ou des communautés, incluant les Premières Nations, les Métis et les Inuits, au Canada entre 1850 et 1890 pour faire avancer le droit et la justice sociale

A3. Évènements de 1850 à 1890

  • A3.1 déterminer les causes des principaux événements qui se sont déroulés au Canada entre 1850 et 1890 (p. ex., naissance du fédéralisme canadien, résistance des Métis de la rivière Rouge et création du Manitoba, entrée de la Colombie-Britannique dans la Confédération en 1871, sanction des pensionnats indiens, formalisation du système de réserves par l’adoption de la Loi sur les Indiens [1876]).
  • A3.2 évaluer l’impact des politiques et des lois incluant les traités sur les Premières Nations, les Métis et les Inuits (p.ex., Loi sur les Indiens [1876], Loi sur le Manitoba, les traités numérotés, la liste des droits du gouvernement provisoire de 1869, certificats des Métis, transfert des territoires arctiques de la Grande-Bretagne au Canada en 1880, absence de reconnaissance des Métis et de la responsabilité du gouvernement fédéral envers eux) et en expliquer les conséquences passées et présentes.
  • A3.3 identifier les facteurs qui ont mené à la création des pensionnats indiens (p. ex., développement de la société agricole, expansion de l’Église chrétienne, compétition entres les Églises, assimilation, sentiment de supériorité des Européens, racisme) et en expliquer les conséquences pour les individus, groupes et communautés autochtones et non autochtones (p. ex., perte de la langue, de la culture et de l’identité, traumatisme intergénérationnel, dissociation à la famille et à la communauté, changement de la relation à la terre, maladie, sévices émotionnels, physiques et sexuels, pauvreté extrême).
  • A3.4 décrire des facteurs externes et internes qui ont joué un rôle dans la création et l’expansion du Canada entre 1850 et 1890 (p. ex., guerre civile américaine et visée américaine sur la Colombie-Britannique, établissement dans l’ensemble des Prairies de détachements de la Police à cheval du Nord-Ouest, résistance des Métis de la rivière Rouge, traités numérotés et Loi sur les Indiens [1876]).
  • A3.6 expliquer la contribution historique de personnalités et de groupes (p. ex., John A. Macdonald, Georges-Étienne Cartier, Mistahimaskwa [Big Bear],  Nahnebahwequay [Catherine Sutton], Louis Riel, Gabriel Dumont, Emily Stowe, Pierre-Guillaume Sayer, Élisabeth Bruyère, Alexander Graham Bell; Police à cheval du Nord-Ouest, syndicalistes, congrégations religieuses, femmes métisses, ouvriers chinois) au développement de l’identité, de la citoyenneté et du patrimoine canadiens entre 1850 et 1890.

Domaine B. Une société en évolution (1890-1914)

B1. Enjeux, évènements et mouvements de grande portée

  • B1.1 formuler des questions qui orienteront son enquête sur un enjeu, un événement ou un mouvement de grande portée pour le Canada entre 1890 et 1914 (p. ex., les pensionnats indiens, le Règlement 17, la guerre des Boers, la politique canadienne de l’immigration), selon le point de vue de différents groupes et de différentes communautés de l’époque, incluant les Premières Nations, les Métis et les Inuits.
  • B1.2 recueillir de l’information se rapportant aux questions posées en consultant des sources primaires et secondaires.
  • B1.3 évaluer la crédibilité des sources ainsi que la validité et la fiabilité de l’information recueillie à partir de critères précis.
  • B1.6 tirer des conclusions sur un enjeu, un événement ou un mouvement de grande portée pour le Canada entre 1890 et 1914 selon le point de vue de différents groupes et de différentes communautés de l’époque, incluant les Premières Nations, les Métis et les Inuits.

B2. Défis et changements sociaux et économiques

  • B2.1 expliquer les principaux changements sociaux et économiques que le Canada a connus entre 1890 et 1914 (p. ex., ... expansion du système des pensionnats indiens), ainsi que leurs impacts sur des personnes, des groupes et des communautés, incluant les Premières Nations, les Métis et les Inuits.
  • B2.2 décrire des situations de conflit et de coopération entre divers groupes au Canada entre 1890 et 1914 (p. ex., résistance des parents à envoyer leurs enfants dans les pensionnats indiens).
  • B2.3 comparer les expériences ou les défis relevés au Canada par différents groupes, différentes communautés et personnes, incluant les Premières Nations, les Métis et les Inuits, entre 1890 et 1914 (p. ex., expérience de l’exclusion, de la marginalisation ou de la discrimination, expériences vécues dans les pensionnats indiens, système de réserves) avec des situations au Canada aujourd’hui.
  • B2.5 décrire des situations d’injustices et d’inégalités vécues par différents groupes ou différentes personnes, incluant les Premières Nations, les Métis et les Inuits, au Canada entre 1890 et 1914 (p. ex., statut inférieur de la femme, fréquentation obligatoire des pensionnats indiens pour les enfants des Premières Nations, des Métis et des Inuits).

 

Cliquez sur les en-têtes ci-dessous pour voir une description de toutes les leçons de base pour ce niveau

Toutes les matières

La pensée critique et l’évaluation de l’information

Les leçons sur la pensée critique et l’évaluation de l’information à Kids Boost Immunity sont alignées avec plusieurs matières du programme d’études de l’Ontario. Ces leçons fournissent des exemples sur la façon dont la désinformation peut influencer l'opinion, souvent en créant un sentiment de peur. Une méthode d'évaluation par liste de contrôle permet aux étudiants d'évaluer la fiabilité des sources d'information. D'autres stratégies d'évaluation incluent une prise de conscience des préjugés personnels et l'utilisation d'une approche scientifique pour tester les idées. Pour les élèves plus âgés, on y trouve des leçons sur la conception d'expériences, la création d'hypothèses de travail, l'exploration des biais et la compréhension de la corrélation par rapport à la causalité.


Sciences

A1. Application de la méthode scientifique

  • A1.1 repérer un problème de nature scientifique, poser des questions s’y rattachant et formuler une hypothèse.
  • A1.2 identifier les variables dépendantes et indépendantes d’une expérience ou cerner un sujet de recherche.
  • A1.4 recueillir des renseignements dans des imprimés et des médias électroniques (p. ex., revue scientifique, base de données, Internet) et les référencer.
  • A1.8 évaluer la fiabilité des données empiriques (p. ex., identifier les sources d’erreur et d’incertitude dans les mesures) ou de l’information recueillie ou la solution à un problème.
  • A1.9 analyser et synthétiser les données empiriques ou l’information recueillie.

A2. Exploration des choix de carrière

  • A2.1 décrire des possibilités d’emploi et des métiers qui requièrent des habiletés et des connaissances scientifiques et déterminer les exigences de formation s’y rattachant (p. ex., chercheuse ou chercheur en pharmacologie, technologue en génie génétique, ingénieure ou ingénieur chimiste, technicienne ou technicien en télédétection, ingénieure ou ingénieur électrique).
  • A2.2 reconnaître des scientifiques canadiens qui ont apporté une contribution remarquable dans les domaines de l’écologie, de la chimie, de l’astronomie et de l’électricité dans le cadre de leur travail (p. ex., Christopher M. Wood, récipiendaire de la médaille Miroslaw Romanowski pour ses recherches scientifiques sur  l’impact des dépôts acides, de la pollution et des changements climatiques sur les écosystèmes aquatiques; Warren Piers, chef de file mondial en chimie organométallique; Gregory Fahlman, directeur général de l’Institut Herzberg d’astrophysique du Conseil national de recherches Canada; Vijay Bhargava, chercheur à l’université de Victoria ayant apporté une contribution dans le domaine des technologies de communication sans fil).

Histoire et géographie

« Les programmes-cadres d’études sociales, d’histoire et de géographie au palier élémentaire et d’études canadiennes et mondiales au palier secondaire visent à aider l’élève à devenir une citoyenne ou un citoyen responsable et actif au sein de ses groupes et communautés d’appartenance. En plus de devenir une citoyenne ou un citoyen réfléchi, averti et convaincu de la valeur d’une société inclusive, l’élève se dotera des habiletés nécessaires pour résoudre des problèmes, communiquer des idées et justifier des décisions relatives à des événements, des questions et des enjeux importants. » (Études canadiennes et mondiales (Géographie, Histoire et civisme (politique), p. 8).


Enjeux géographiques du Canada (cours théorique)

Processus d'enquête et compétences transférables

  • vérifie la qualité et la fiabilité des sources consultées

Domaine C. Communautés canadiennes

C2. Immigration et diversité ethnoculturelle

  • C2.1 décrire les principaux facteurs influant sur le lieu d’établissement des nouveaux arrivants au Canada ainsi que les bienfaits et les défis liés à l’immigration et à la diversité croissante de la population canadienne (p. ex., prise de conscience d’enjeux mondiaux et d’injustices perpétrées à l’étranger incitant les Canadiennes et Canadiens à s’affirmer et à agir comme citoyennes et citoyens du monde).
  • C2.3 analyser les répercussions politiques, économiques et sociales des politiques canadiennes relatives à l’immigration et aux réfugiés (p. ex., obligation de mise en œuvre de programmes pertinents en vertu de la législation canadienne sur les langues officielles, le multiculturalisme et l’équité en matière d’emploi; pressions sur les services institutionnels [soins de santé, éducation et formation, justice]; développement des communautés de langues officielles minoritaires; densité et diversité croissantes des populations urbaines).

C3. Enjeux démographiques 

  • C3.2 décrire le rôle des gouvernements, des organisations et des citoyennes et citoyens du Canada dans la résolution de problèmes liés aux disparités démographiques mondiales (p. ex., en matière de scolarisation des enfants et de formation professionnelle, d’accès à l’eau potable et à l’électricité, aux soins de santé et aux médicaments; en matière d’aide au développement ou au renforcement des structures institutionnelles).
  • C3.3 déterminer les critères sur lesquels devraient reposer l’intervention et l’aide canadiennes dans la résolution d’enjeux démographiques globaux comme la pauvreté, la sécurité des populations, l’analphabétisme ou la pauvreté (p. ex., nombre de personnes affectées, régime politique en place dans la région touchée, ampleur de l’aide requise, type de soutien sollicité, capacité de faire la différence dans le long terme).

Enjeux géographiques du Canada (cours appliqué)

Domaine A. Processus d'enquête et compétences transférables

  • 1. 3 vérifie la qualité et la fiabilité des sources consultées.

Domaine C. Communautés canadiennes

C2. Tendances de l'immigration

  • C2.2 décrire les principaux facteurs d’incitation et d’attirance influant sur les tendances canadiennes en matière d’immigration (p. ex., facteurs incitant les personnes à quitter leur pays : pénurie d’emplois, agitation politique, guerre, aspiration à une vie meilleure pour eux-mêmes et leurs proches; facteurs d’attirance : possibilités d’emploi, stabilité politique, société démocratique, faible taux de criminalité, accès à des services [soins de santé, éducation et formation]).

C3. Enjeux démographiques 

  • C3.2 décrire les bienfaits et les défis liés à la diversité croissante de la population canadienne (p. ex., bienfaits : enrichissement culturel, possibilités importantes de développement de compétences interculturelles recherchées dans le contexte de la mondialisation des échanges et de l’économie; défis : développement des communautés de langue officielle en milieu minoritaire, promotion de l’égalité de statut et d’usage du français et de l’anglais dans la société canadienne; lutte contre les pratiques de discrimination et les crimes de haine motivés par la race ou l’origine ethnique).

 

Cliquez sur les en-têtes ci-dessous pour voir une description de toutes les leçons de base pour ce niveau

Toutes les matières

La pensée critique et l’évaluation de l’information

Les leçons sur la pensée critique et l’évaluation de l’information à Kids Boost Immunity sont alignées avec plusieurs matières du programme d’études de l’Ontario. Ces leçons fournissent des exemples sur la façon dont la désinformation peut influencer l'opinion, souvent en créant un sentiment de peur. Une méthode d'évaluation par liste de contrôle permet aux étudiants d'évaluer la fiabilité des sources d'information. D'autres stratégies d'évaluation incluent une prise de conscience des préjugés personnels et l'utilisation d'une approche scientifique pour tester les idées. Pour les élèves plus âgés, on y trouve des leçons sur la conception d'expériences, la création d'hypothèses de travail, l'exploration des biais et la compréhension de la corrélation par rapport à la causalité.


Sciences (cours précollégial)

A1. Application de la méthode scientifique et exploration des choix de carrière (cours théorique)

  • A1.1 repérer un problème de nature scientifique, poser des questions s’y rattachant et formuler une hypothèse.
  • A1.4 recueillir des renseignements dans des imprimés et des médias électroniques (p. ex., revue scientifique, base de données, Internet) et les référencer.
  • A1.6 faire des observations et recueillir des données empiriques à l’aide d’instruments ou sélectionner de l’information selon des critères spécifiques (p. ex., pertinence, production attendue, fiabilité des sources, actualité).
  • A1.8 évaluer la fiabilité des données empiriques (p. ex., identifier les sources d’erreur et d’incertitude dans les mesures) ou de l’information recueillie ou la solution à un problème.
  • A1.10 tirer une conclusion et la justifier.
  • A2.1 décrire des possibilités d’emploi et des métiers qui requièrent des habiletés et des connaissances scientifiques et déterminer les exigences de formation s’y rattachant (p. ex., chercheuse ou chercheur scientifique, ingénieure ou ingénieur en développement rural, climatologue, technicienne ou technicien de laboratoire, optométriste, ophtalmologiste).

Domaine B. Biologie : Fonctions et systèmes animaux et végétaux (cours théorique)

  • B1.4 expliquer la fonction et la structure des systèmes digestif, circulatoire, respiratoire et reproducteur chez les humains (p. ex., le système circulatoire est responsable du transport des molécules telles que l’oxygène, les nutriments, les globules rouges et les hormones).
  • B1.5 décrire des interactions vitales entre des systèmes d’organismes végétaux et animaux (p. ex., chez la sauterelle, le mouvement des muscles stimule la circulation du sang pour acheminer les substances nutritives vers ses différentes parties).

B3 .Rapprochement entre les sciences, la technologie, la société et l'environnement

  • B3.1 évaluer l’impact de mesures gouvernementales (p. ex., campagne d’immunisation, interdiction de fumer dans les lieux publics, guide alimentaire canadien, réglementation des industries) et de choix personnels (p. ex., alimentation saine, exercice physique) sur la santé et la longévité. [P, ER, AI, C].
    • Piste de réflexion : Il y a cent ans, les maladies infectieuses constituaient la principale cause de mortalité au monde. Aujourd’hui, elles causent moins de 5 % des décès au Canada grâce aux programmes de vaccination. Toutefois, certains pays connaissent une résurgence de maladies faute d’une vaccination suffisante. Au Canada, la Semaine nationale de la promotion de la vaccination est l’occasion de sensibiliser la population à cette mesure préventive essentielle pour protéger la santé publique.
    • Questions pour alimenter la discussion : Quelles ressources l’Agence de la santé publique du Canada et Santé Canada mettent‑elles à la disposition des autochtones afin d’améliorer leur état de santé? Comment les responsables de la santé publique ont‑ils répondu à la menace du syndrome respiratoire aigu sévère? Pourquoi retrouve‑t‑on dans les hôpitaux, restaurants et autres lieux publics des affiches incitant les gens à se laver les mains?
  • B3.2 décrire les causes, les symptômes, les traitements et les mesures préventives, le cas échéant, d’une maladie ou d’un problème de santé des tissus, des organes ou des systèmes animaux (p. ex., asthme, maladie de Crohn) ou végétaux (p. ex., rouille du blé, virus de la mosaïque du tabac).

Histoire (cours théorique) 

Utilisation du processus d'enquête

1.3 évaluer la crédibilité des sources ainsi que la validité et la fiabilité de l’information recueillie à partir de critères précis (p. ex., perspective et intention de l’auteur; contexte de communication; souci d’exactitude et de précision; absence de préjugés, valeurs véhiculées). 

Domaine A. Le Canada de 1914 à 1929

 A1. Contextes politique, économique et social

  • A1.1 analyser les répercussions politiques et sociales de la Première Guerre mondiale sur la société canadienne, y compris sur les Premières Nations, les Métis et les Inuits (p. ex., répercussions directes : formation d’un gouvernement d’union; promulgation de lois liées à la guerre [Loi sur les mesures de guerre, Loi de l’impôt de guerre sur le revenu, Loi des élections en temps de guerre, Loi du service militaire]; internement de résidents canadiens originaires de pays ennemis [Ukrainiens, Allemands]; pénurie de main-d’œuvre au pays du fait du départ des hommes à la guerre, augmentation de la main-d’œuvre féminine sur le marché du travail; enrôlement et expériences des Premières Nations, des Métis et des Inuits; répercussions indirectes : explosion du navire Mont Blanc chargé de munitions dans le port d’Halifax; épidémie de grippe de 1918 propagée au Canada avec le retour des troupes canadiennes au pays).

A2. Coopération et conflits

  • A2.1 dégager les principales causes de la Première Guerre mondiale ainsi que les conséquences de la participation militaire du Canada à la Grande Guerre (p. ex., pertes humaines importantes subies lors des batailles d’Ypres, de la Somme, de la crête de Vimy; naissance du phénomène de la commémoration dans la période d’après-guerre). 
  • A2.3 décrire comment le système de pensionnats indiens, les politiques et les législations ont affecté les Premières Nations, les Métis et les Inuits (p. ex., restriction accrue des droits des populations autochtones par la modification en 1920 de la Loi sur les Indiens rendant obligatoire l’éducation des enfants autochtones âgés de 7 à 15 ans dans des pensionnats situés en dehors des réserves; écoles provinciales de jour, centres de formation, amendements à la Loi sur les Indiens, droit de vote, droit au conseil juridique, système de passe, racisme).

Domaine B. Le Canada de 1929 à 1945

B1. Contextes politique, économique et social

  • B1.1 décrire les causes de développements politiques importants (p.ex., amendements à la Loi sur les Indiens, maintien du système des pensionnats indiens, lois provinciales de stérilisation sexuelle, gardes forestiers de Terre-Neuve, Loi d’établissement de soldats [1927], Métis Population Betterment Act de 1938, Commission Ewing [1934-1936], système alphanumérique d’identification des Inuits) et évaluer leurs impacts sur les Premières Nations, les Métis et les Inuits.
  • B1.5 déterminer les retombées de découvertes et d’innovations scientifiques et technologiques exploitées à des fins diverses entre 1929 et 1945 (p. ex., capacité de détection et de communication améliorées avec le radar, le sonar et le walkie-talkie; découvertes sur l’atome et fabrication de la première bombe atomique; découverte et fabrication de la pénicilline aux fins du traitement d’infections bactériennes et de maladies jusque-là fatales; fabrication des premiers véhicules chenillés facilitant le transport sur neige; début du cinéma parlant et naissance d’une industrie culturelle de masse).

B2. Coopération et conflits

  • B2.2 expliquer comment la Deuxième Guerre mondiale a eu des répercussions pour les individus et les communautés des Premières Nations, métis et inuits (p. ex., enrôlement et expérience militaire, conséquences du départ des soldats de leur communauté, Loi sur les mesures de guerre, Loi sur les terres destinées aux anciens combattants [1942]).
    • Pistes de réflexion : Comment les soldats des Premières Nations, métis et inuits étaient-ils traités par l’armée et les autres soldats? Comment les anciens combattants des Premières Nations, métis et inuits ont-ils été traités après la Deuxième Guerre mondiale? Est-ce que cette situation était différente de la Première Guerre mondiale? Pourquoi a-t-il fallu 50 ans au gouvernement fédéral pour permettre aux vétérans autochtones de déposer une couronne sur les monuments de guerre pendant les cérémonies du jour du Souvenir?
  • ​​​​​​​B2.4 analyser des cas de discrimination et de violation des droits de Canadiennes et Canadiens aux niveaux fédéral et provincial entre 1929 et 1945 (p. ex., pensionnats indiens). 

 

Cliquez sur les en-têtes ci-dessous pour voir une description de toutes les leçons de base pour ce niveau

Toutes les matières

La pensée critique et l’évaluation de l’information

Les leçons sur la pensée critique et l’évaluation de l’information à Kids Boost Immunity sont alignées avec plusieurs matières du programme d’études de l’Ontario. Ces leçons fournissent des exemples sur la façon dont la désinformation peut influencer l'opinion, souvent en créant un sentiment de peur. Une méthode d'évaluation par liste de contrôle permet aux étudiants d'évaluer la fiabilité des sources d'information. D'autres stratégies d'évaluation incluent une prise de conscience des préjugés personnels et l'utilisation d'une approche scientifique pour tester les idées. Pour les élèves plus âgés, on y trouve des leçons sur la conception d'expériences, la création d'hypothèses de travail, l'exploration des biais et la compréhension de la corrélation par rapport à la causalité.


Biologie (cours préuniversitaire)

Domaine A. Application de la méthode scientifique

  • A1.1repérer un problème de nature scientifique, poser des questions s’y rattachant et formuler une hypothèse. 
  • A1.2 identifier les variables dépendantes et indépendantes d’une expérience ou cerner un sujet de recherche.
  • A1.4 recueillir des renseignements dans des imprimés et des médias électroniques (p. ex., revue scientifique, base de données, internet) et les référencer.
  • A1.5 effectuer une expérience en laboratoire ou sur le terrain, exécuter une recherche ou appliquer une stratégie de résolution de problèmes pour répondre à une question de nature scientifique .
  • A1.6 faire des observations et recueillir des données empiriques à l’aide d’instruments (p. ex., interface et sonde, cellule photoélectrique, balance, microscope) ou sélectionner de l’information selon des critères spécifiques (p. ex., pertinence, production attendue, fiabilité des sources, actualité).
  • A1.7 évaluer la fiabilité des données empiriques (p. ex., identifier les sources d’erreur et d’incertitude dans les mesures) ou de l’information recueillie ou la solution à un problème.
  • A2.1 décrire des possibilités d’emploi et des métiers qui requièrent des habiletés et des connaissances scientifiques dans les domaines de la biologie cellulaire, des fonctions animales et végétales, de la microbiologie et de la continuité génétique et déterminer les exigences de formation s’y rattachant (p. ex., technicienne ou technicien en zoologie, agente ou agent de la conservation de la faune, aquicultrice ou aquiculteur, horticultrice ou horticulteur, technologiste médical).

Domaine B. Biodiversité

  • B1.1 définir les principes fondamentaux de la taxonomie et de la phylogénie (p. ex., taxon, nomenclature binomiale).
  • B1.2 comparer la structure et la fonction de diverses cellules procaryotes et eucaryotes et des virus (p. ex., différencier leur matériel génétique, leur métabolisme et leurs organites).
  • B2.1 classifier et illustrer des organismes représentatifs de chaque règne en se basant sur les caractéristiques communes et distinctes de leur rang taxinomique respectif (p. ex., vertébré vs invertébré, plante à graines vs plante à fleurs) [AI, C].
  • B2.3 élaborer une clé dichotomique et l’utiliser pour classifier des organismes d’un règne [AI, C]. 
  • B2.4 communiquer oralement et par écrit dans différents contextes en se servant des termes justes dont : genre, espèce, taxon, nomenclature binomiale, virus, procaryote, eucaryote, protiste, caractéristique morphologique, règne, vertébré, invertébré, taxonomie, clé de classification [C].

Domaine C. Évolution

  • C1.1 expliquer le processus d’adaptation d’un individu à son milieu et l’illustrer par des exemples (p. ex., le phénomène d’adaptation est à l’origine de la résistance des bactéries aux antibiotiques).
  • C2.3 comparer des scénarios d’évolution selon les théories de divers scientifiques (p. ex., expliquer la résistance des bactéries aux antibiotiques selon Lamark, Darwin et Gould) et selon divers mécanismes (p. ex., sélection artificielle des chats, des chiens ou des vaches laitières). [AI, C]

Biologie (cours précollégial) 

Domaine A. Application de la méthode scientifique et choix de carrière

  • A1.1 repérer un problème de nature scientifique, poser des questions s’y rattachant et formuler une hypothèse.
  • A1.2 identifier les variables dépendantes et indépendantes d’une expérience ou cerner un sujet de recherche.
  • A1.4 recueillir des renseignements dans des imprimés et des médias électroniques (p. ex., revue scientifique, base de données, internet) et les référencer.
  • A1.6 faire des observations et recueillir des données empiriques à l’aide d’instruments (p. ex., interface et sonde, cellule photoélectrique, balance, microscope) ou sélectionner de l’information selon des critères spécifiques (p. ex., pertinence, production attendue, fiabilité des sources, actualité).
  • A1.8 évaluer la fiabilité des données empiriques (p. ex., identifier les sources d’erreur et d’incertitude dans les mesures) ou de l’information recueillie ou la solution à un problème.
  • A1.9 analyser et synthétiser les données empiriques ou l’information recueillie (p. ex., traiter les don‑ nées, choisir les unités SI appropriées, appliquer des techniques de conversion, sélectionner des citations, développer les idées principales et secondaires).
  • A2.1 décrire des possibilités d’emploi et des métiers qui requièrent des habiletés et des connaissances scientifiques dans les domaines de la biologie cellulaire, des fonctions animales et végétales, de la microbiologie et de la conti - nuité génétique et déterminer les exigences de formation s’y rattachant (p. ex., technicienne ou technicien en zoologie, agente ou agent de la conser ‑ vation de la faune, aquicultrice ou aquiculteur, horticultrice ou horticulteur, technologiste médical).

Domaine B. Biologie cellulaire

  • B1.5 expliquer l’importance des processus cellulaires dans les systèmes humains (p. ex., l’insuline permet l’absorption du glucose par les cellules; l’oxygène est diffusé dans les poumons).

Domaine D. Plantes et environnement

  • Question pour alimenter la discussion
    • Comment le savoir traditionnel des autochtones en écologie se marie-t-il aux pratiques scientifiques occidentales pour améliorer la gestion des ressources naturelles? Comment les plantes contribuent-elles à l’épuration des eaux usées dans le procédé de lagunage?

Domaine E. Microbiologie

  • E1.1 illustrer les caractéristiques morphologiques de micro-organismes représentatifs (p. ex., virus, bactérie, mycète).
  • E1.4 décrire les modes de transmission des infections virales, bactériennes et fongiques (p. ex., transmission du paludisme et de l’encéphalite par les insectes; transmission de la grippe et de la tuberculose par l’air; transmission du choléra et de la poliomyélite par l’eau; transmission du sida par voie sexuelle; trans‑ mission de l’encéphalopathie spongiforme bovine et de la fièvre typhoïde par les aliments).
  • E2.5 communiquer oralement et par écrit dans différents contextes en se servant des termes justes dont : eubactérie, archéobactérie, virus, cycle vital, microorganisme, eucaryote, procaryote, agent antibactérien, culture bactérienne, symbiose. [C]
  • E3.1 évaluer l’impact sur la santé d’infections virales, bactériennes et fongiques (p. ex., le virus de l’hépatite A cause une infection du foie; la tuberculose est une infection bactérienne s’attaquant principalement aux poumons; le pied d’athlète est une infection fongique qui touche habituellement la peau située entre les orteils) et décrire des mesures de protection et des traitements contre ces infections (p. ex., les hépatites A et B peuvent être prévenues par la vaccination; la prise d’antibiotiques peut enrayer une infection tuberculeuse). [P, ER, AI, C]
    • Question pour alimenter la discussion : Pourquoi le lavage régulier des mains aide-t-il à prévenir des infections? Quels sont les risques associés à l’utilisation de seringues non stérilisées pour le tatouage ou le perçage corporel? Quelles stratégies de contrôle ont été mises en œuvre en Ontario pour éviter la transmission du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS)? Quels sont les effets sur la santé de la consommation de probiotiques?

Chimie (cours préuniversitaire)

Domaine A. Méthode scientifique et choix de carrière

  • A1.1 repérer un problème de nature scientifique, poser des questions s’y rattachant et formuler une hypothèse.
  • A1.2 identifier les variables dépendantes et indépendantes d’une expérience ou cerner un sujet de recherche.
  • A1.3 planifier une expérience (p. ex., sélectionner le matériel et les instruments de mesure), élaborer une stratégie de recherche ou adopter une stratégie de résolution de problèmes.
  • A1.4 recueillir des renseignements dans des imprimés et des médias électroniques (p. ex., revue scientifique, base de données, internet) et les référencer.
  • A1.6 faire des observations et recueillir des données empiriques à l’aide d’instruments s (p. ex., balance électronique, cylindre gradué, pipette graduée, pHmètre, sonde) ou sélectionner de l’information selon des critères spécifiques (p. ex., pertinence, production attendue, fiabilité des sources, actualité).
  • A1.8 évaluer la fiabilité des données empiriques (p. ex., identifier les sources d’erreur et d’incertitude dans les mesures) ou de l’information recueillie ou la solution à un problème.
  • A1.12 communiquer ses méthodes de recherche, ses idées et ses résultats en utilisant un mode de production attendu (p. ex., rapport de laboratoire, page web, vidéo, exposé écrit, exposé oral).
  • A2.1 décrire des possibilités d’emploi et des métiers qui requièrent des habiletés et des connaissances scientifiques dans les domaines de la matière, des réactions chimiques, des solutions et de la chimie atmosphérique, et déterminer les exigences de formation s’y rattachant (p. ex., ingénieure ou ingénieur chimiste, océanologue, pharmacienne ou pharmacien, technicienne ou technicien du contrôle de la qualité de l’eau).

Équité, diversité et justice sociale (cours pré-emploi)

Domaine B. Fondements

B2. Construction sociale de l'identité

  • B2.1 examiner le fonctionnement des rapports de force et des privilèges dans divers contextes sociaux, économiques et politiques au Canada.
    • Pistes de réflexion : Analysez la composition de votre conseil municipal, de l’Assemblée législative de l’Ontario et du Parlement canadien. Quelles personnes siègent au conseil d’administration d’organisations communautaires? Est-ce que les compétences linguistiques ou l’accent freinent l’accès à l’emploi? L’appartenance à un groupe ethnique particulier, à une classe sociale particulière, le genre d’une personne ou l’orientation sexuelle entrent-ils en ligne de compte relativement à l’accès au pouvoir et aux privilèges? Qui décide des sujets à présenter dans les médias et de la façon de les aborder? La voix des francophones se fait-elle entendre dans les médias anglophones? La représentation des Autochtones dans les médias se veut-elle positive? Quelles sont les responsabilités sociales des personnes qui occupent des postes importants envers les personnes moins privilégiées ou influentes? 
  • B2.3 comparer des formes individuelles et systémiques de discrimination et d’oppression. 
    • Pistes de réflexion : Expliquez la différence entre un préjugé et une discrimination. Pourquoi certains enfants autochtones doivent-ils quitter leur communauté pour fréquenter l’école secondaire? Cette situation constitue-t-elle un exemple de discrimination? En quoi les propos racistes diffèrent-ils du profilage racial comme type de discrimination?

Domaine C. Enjeux liés à l'équité et à la justice sociale et revendication sociale

C1. Défis des communautés minoritaires au Canada

  • C1.1 décrire les défis actuels et les nouveaux défis que les communautés francophones et autochtones du Canada en situation minoritaire s’emploient à relever à travers le pays.
  • C1.2 décrire les difficultés récurrentes que rencontrent d’autres communautés ethnoculturelles minoritaires du Canada, incluant les nouveaux arrivants

C2. Équité et justice sociale au Canada

  • C2.1 décrire divers enjeux et épisodes qui ont marqué l’histoire du Canada en matière d’équité et de justice sociale (p. ex., traitement des communautés des Premières Nations : système des réserves et conditions de vie dans les réserves). 
  • C2.2 décrire le comportement historique et contemporain du Canada à l’égard des communautés des Premières Nations, des Métis et des Inuits et l’action politique des Autochtones lors de leurs revendications pour la reconnaissance de leurs droits ancestraux dans des traités. 

C3. Revendication sociale

  • C3.1 décrire l’impact de grands mouvements sociaux historiques (p. ex., mouvement féministe; revendication LGBT; mouvement des droits civils et les Panthères noires; antimondialisation et altermondialisme; droits des peuples autochtones; mouvement pour la paix, pour l’environnement).

Équité et justice sociale : de la théorie à la pratique (cours préuniversitaire/précollégial)

Domaine B. Fondements

B1. Théories et approches

  • B1.1 décrire des théories et diverses approches appliquées à l’étude d’enjeux liés à l’équité et à la justice sociale (p. ex., postmodernisme, théorie anti-oppression, analyse féministe, théorie critique de la race, étude sur la condition des personnes handicapées, théorie postcoloniale, système de connaissances propre aux peuples autochtones).
  • B1.3 expliquer le rôle de certains facteurs individuels et systémiques (p. ex., crainte, convoitise, isolement, conformité, pauvreté, discrimination systémique [exclusion socioéconomique]) dans la perpétuation d’iniquités et d’injustices sociales.
  • B1.4 décrire l’incidence des croyances sociales et culturelles sur les opinions et les décisions relatives à des enjeux d’équité et de justice sociale (p. ex., point de vue personnel par rapport au développement d’un terrain considéré comme un lieu ancestral autochtone; par rapport à l’existence de tribunaux religieux [Halakha – loi juive religieuse, tribunaux islamiques basés sur la charia – loi islamique] et un système unique de la loi de la famille; par rapport à la responsabilité sociale individuelle ou la responsabilité sociale collective).

B2. Rapports de force

  • B2.2 analyser les effets des partis pris, des stéréotypes, des préjugés, de la discrimination et de l’oppression sur les personnes et les groupes qui en sont victimes (p. ex., sentiment de marginalisation, d’impuissance, de colère; perte de confiance; sentiment de révolte; engagement contre les injustices et pour le changement social).
  • B2.4 décrire des pratiques langagières visant à renforcer le pouvoir de personnes ou de groupes ou à les marginaliser (p. ex., emploi d’un vocabulaire péjoratif ou dévalorisant comme celui des colonisateurs à l’endroit des colonisés, propos androcentriques, propos sexistes).

Domaine C. Enjeux liés à l'équité et à la justice sociale

C1. Analyse historique et contemporaine d'enjeux

  • C1.2 analyser diverses questions contemporaines mettant en jeu l’équité, la justice sociale et les droits de la personne au Canada (p. ex., profilage ethnique, marginalisation des élèves provenant de groupes ethnoculturels minoritaires dans les systèmes d’éducation, droits des travailleuses et travailleurs temporaires et domestiques, revendication territoriale des Autochtones, fossé qui se creuse entre les riches et les pauvres, féminisation et racialisation de la pauvreté).

C2. Leadership

  • C2.4 évaluer l’impact de différents groupes de justice sociale (p. ex., mouvement syndical canadien, Greenpeace, résistance des femmes chi ­ liennes et le mouvement Arpillera) et des actions de divers groupes et organisations agissant pour la défense de droits (p. ex., Assemblée des Premières Nations, projet Ploughshares, Médecins Sans Frontières, L’Arche, Inclusion International) sur les personnes et les groupes concernés.

C3. Politiques, stratégies et initiatives

  • C3.1 comparer des défis que doivent relever divers groupes en quête d’équité (p. ex., équité des genres; égalité raciale; droits des personnes ayant des déficiences physiques, intellectuelles, mentales ou sensorielles; réduction de la pauvreté) et les politiques, les stratégies et les initiatives déployées pour répondre à ces défis.
  • C3.2 comparer les diverses utilisations, par les peuples autochtones au Canada et d’autres groupes aborigènes du monde, des lois ou des méthodes visant à attirer l’attention internationale et à engendrer des changements au niveau de la politique nationale par rapport à des enjeux de justice sociale (p. ex., Inuits et l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord [OTAN] au Labrador, Cris du lac Lubicon en Alberta et Amnistie Internationale; tactiques liées aux revendications territoriales indigènes comme celles des Amérindiens en Guyane). 

Domaine D. Engagement personnel et action sociale

D1. Promotion de l'équité et de la justice sociale

  • D1.2 décrire le rôle de l’éducation dans la promotion de l’équité et de la justice sociale (p. ex., encourager la pensée critique, intégrer la pensée éthique, relever le niveau de sensibilisation aux enjeux d’équité et de justice sociale, présenter aux élèves différents points de vue).
  • D1.3 expliquer de quelle façon les actions personnelles (p. ex., exercer son droit de vote, établir des clubs de justice sociale à l’école, faire des achats favorisant des pratiques commerciales éthiques et équitables, participer à l’élaboration de politiques publiques, s’engager dans un mouvement syndical ou dans des activités de défense de droits, être soucieux de l’environnement) permettent de réduire l’impact de l’iniquité, de l’exclusion et de l’injustice sociale dans des contextes locaux, nationaux et internationaux.

D2. Exploration de carrière et développement personnel

  • D2.1 explorer diverses possibilités de carrière liées à l’équité et à la justice sociale (p. ex., organisatrice communautaire, analyste de politiques publiques, travailleur au sein d’une ONG).
  • D2.2 décrire les conditions d’accès à une profession de son choix (p. ex., études, formation) dans le domaine de l’équité et de la justice sociale, ainsi que les aptitudes et les champs d’intérêt qui caractérisent cette profession.

 

Cliquez sur les en-têtes ci-dessous pour voir une description de toutes les leçons de base pour ce niveau

Toutes les matières

La pensée critique et l’évaluation de l’information

Les leçons sur la pensée critique et l’évaluation de l’information à Kids Boost Immunity sont alignées avec plusieurs matières du programme d’études de l’Ontario. Ces leçons fournissent des exemples sur la façon dont la désinformation peut influencer l'opinion, souvent en créant un sentiment de peur. Une méthode d'évaluation par liste de contrôle permet aux étudiants d'évaluer la fiabilité des sources d'information. D'autres stratégies d'évaluation incluent une prise de conscience des préjugés personnels et l'utilisation d'une approche scientifique pour tester les idées. Pour les élèves plus âgés, on y trouve des leçons sur la conception d'expériences, la création d'hypothèses de travail, l'exploration des biais et la compréhension de la corrélation par rapport à la causalité.


Biologie (cours préuniversitaire)

Domaine A. Méthode scientifique et choix de carrière

  • A1.1 repérer un problème de nature scientifique, poser des questions s’y rattachant et formuler une hypothèse.
  • A1.2 identifier les variables dépendantes et indépendantes d’une expérience ou cerner un sujet de recherche.
  • A1.3 planifier une expérience (p. ex., sélectionner le matériel et les instruments de mesure), élaborer une stratégie de recherche ou adopter une stratégie de résolution de problèmes.
  • A1.4 recueillir des renseignements dans des imprimés et des médias électroniques (p. ex., revue scientifique, base de données, Internet) et les référencer.
  • A1.6 faire des observations et recueillir des données empiriques à l’aide d’instruments (p. ex., interface et sonde, cellule photoélectrique, balance, microscope) ou sélectionner de l’information selon des critères spécifiques (p. ex., pertinence, production attendue, fiabilité des sources, actualité).
  • A1.8 évaluer la fiabilité des données empiriques (p. ex., identifier les sources d’erreur et d’incertitude dans les mesures) ou de l’information recueillie ou la solution à un problème.
  • A1.12 communiquer ses méthodes de recherche, ses idées et ses résultats en utilisant un mode de production attendu (p. ex., rapport de laboratoire, page Web, vidéo, exposé écrit, exposé oral).
  • A2.1 décrire des possibilités d’emploi et des métiers qui requièrent des habiletés et des connaissances scientifiques dans les domaines de la biochimie cellulaire, des processus métaboliques, de la génétique moléculaire, de l’homéostasie et des populations, et déterminer les exigences de formation s’y rattachant (p. ex., biochimiste, œnologue, microbiologiste, pharmacologue, histologiste, immunologiste, nutritionniste).

Domaine D. Homéostasie

  • D1.1 décrire l’anatomie et la physiologie du système endocrinien, du système excréteur et du système nerveux et expliquer leur rôle dans le maintien de l’homéostasie.
  • D1.2 expliquer l’action des hormones sur les mécanismes de rétroaction (p. ex., expliquer les mécanismes de rétroaction exercés par les hormones mâles et femelles).
  • D1.3 analyser les processus homéostatiques associés au maintien de l’équilibre thermique, hydrique, ionique et acidobasique lors de stress et de traitements médicaux (p. ex., décrire les mécanismes de rétroaction, le système tampon du sang lors d’exercices physiques, l’effet de la chimio‑ thérapie sur la réponse homéostatique, et l’effet des substances allergènes sur l’homéostasie).
  • D2.4 communiquer oralement et par écrit dans différents contextes en se servant des termes justes dont : homéostasie, hypothermie, hyperthermie, osmorégulation, récepteur, effecteur, intégrateur, boucle de rétroaction, solution isotonique, solution hypotonique, solution hypertonique, glycémie, néphron, pH sanguin, ADH, hormone antagoniste, insuline, glucagon, SNP, SNC, neurone, neurotransmetteur, synapse, dendrite, axone, testostérone, œstrogène, hypophyse, thyréostimuline, corticostimuline, prolactine, épinéphrine. [C]

Sciences de l'environnement

Domaine A. Méthode scientifique et choix de carrière

  • A1.1 repérer un problème de nature scientifique, poser des questions s’y rattachant et formuler une hypothèse
  • A1.2 identifier les variables dépendantes et indépendantes d’une expérience ou cerner un sujet de recherche
  • A1.3 planifier une expérience (p. ex., concevoir ou adapter un protocole expérimental, sélectionner le matériel et les instruments de mesure), élaborer une stratégie de recherche ou adopter une stratégie de résolution de problèmes
  • A1.4 recueillir des renseignements dans des imprimés et des médias électroniques (p. ex., s (p. ex., revue de vulgarisation scientifique, vidéo documentaire, balado, base de données, internet) et les référencer
  • A1.6 faire des observations et recueillir des données empiriques à l’aide d’instruments ou sélectionner de l’information selon des critères spécifiques (p. ex., pertinence, production attendue, fiabilité des sources, actualité)
  • A1.8 évaluer la fiabilité des données empiriques (p. ex., identifier les sources d’erreur et d’incertitude dans les mesures) ou de l’information recueillie ou la solution à un problème
  • A1.12 communiquer ses méthodes de recherche, ses idées et ses résultats en utilisant un mode de production attendu (p. ex., rapport de laboratoire, page web, vidéo, exposé écrit, exposé oral)
  • A2.1décrire des possibilités d’emploi et des métiers qui requièrent des habiletés et des connaissances en sciences de l’environnement et déterminer les exigences de formation s’y rattachant (p. ex., garde forestière ou garde forestier, sylvicultrice ou sylviculteur, technicienne ou technicien de la faune, installatrice ou installateur d’éoliennes, opératrice ou opérateur en assainissement des eaux, pompière forestière ou pompier forestier, responsable de site de traitement des déchets)

Sciences (cours préuniversitaire/précollégial)

Domaine A. Méthode scientifique et choix de carrière

  • A1.1 repérer un problème de nature scientifique, poser des questions s’y rattachant et formuler une hypothèse.
  • A1.2 identifier les variables dépendantes et indépendantes d’une expérience ou cerner un sujet de recherche.
  • A1.3 planifier une expérience (p. ex., sélectionner le matériel et les instruments de mesure), élaborer une stratégie de recherche ou adopter une stratégie de résolution de problèmes.
  • A1.4 recueillir des renseignements dans des imprimés et des médias électroniques (p. ex., revue scientifique, base de données, Internet, vidéo documentaire, podcast) et les référencer.
  • A1.6 faire des observations et recueillir des données empiriques à l’aide d’instruments (p. ex., interface et sonde, cellule photoélectrique, balance, microscope) ou sélectionner de l’information selon des critères spécifiques (p. ex., pertinence, production attendue, fiabilité des sources, actualité).
  • A1.8 évaluer la fiabilité des données empiriques (p. ex., identifier les sources d’erreur et d’incertitude dans les mesures) ou de l’information recueillie ou la solution à un problème.
  • A1.12 communiquer ses méthodes de recherche, ses idées et ses résultats en utilisant un mode de production attendu (p. ex., rapport de laboratoire, page Web, vidéo, exposé écrit, exposé oral).
  • A2.1 décrire des possibilités d’emploi et des métiers qui requièrent des habiletés et des connaissances dans les domaines de la santé publique, de la microbiologie, de la nutrition, des technologies médicales et des biotechnologies (p. ex., diététiste, infirmière ou infirmier, hématologue, spécialiste en médecine nucléaire, radiologiste, rhumatologue, radiooncologue, généticienne ou généticien, ingénieure ou ingénieur biomédical).

Domaine B. Enjeux de santé publique

  • B1.1 identifier des pandémies qui ont affecté l’humanité au cours du temps (p. ex., la peste bubonique entre 1346 et 1350 et la grippe espagnole entre 1918 et 1920 ont fait des millions de morts; la première pandémie cholérique a envahi l’Asie, le Moyen-Orient et une partie de l’Afrique en 1817; la dernière grippe pandémique remonte à 1967).
  • B1.2 identifier des enjeux de santé contemporains incluant des maladies infectieuses (p. ex., hépatite, VIH/sida, tuberculose, paludisme, maladie transmissible sexuellement) et des effets de l’environnement sur la santé (p. ex., changement climatique, pollution atmosphérique, polluant chimique, rayonnement ionisant, urgence environnementale).
  • B1.3 décrire les trois caractéristiques essentielles d’une pandémie (p. ex., nouveau virus caracté‑ risé par sa virulence qui se transmet d’un humain à un autre).
  • B1.4 énumérer des facteurs favorisant la propagation rapide des maladies infectieuses (p. ex., croissance de la population mondiale, du commerce international et des interactions entre les populations; réapparition de maladies à tendance épidémique telles que le choléra et la fièvre jaune; augmentation des maladies d’origine animale telles que l’encéphalopathie spongiforme bovine et la grippe aviaire; augmentation des maladies d’origine alimentaire dues à une contamination par des micro-organismes ou des substances chimiques; généralisation de la résistance aux antibiotiques; augmentation des catastrophes environnementales).
  • B1.5 décrire des mesures sanitaires visant la protection de la santé publique (p. ex., l’institution de la quarantaine pour se préserver des maladies remonte au XIVe siècle; plusieurs maladies telles que la méningite, la rougeole, le tétanos néonatal, la rubéole, la varicelle, l’influenza et les infections invasives à pneumocoque et à méningocoque sont évitables par la vaccination).
  • B1.6 identifier des problèmes de santé des peuples autochtones et les mesures mises en place par le gouvernement canadien pour améliorer la santé de ces populations (p. ex., il existe des disparités entre l’état de santé général des popula‑ tions autochtones et celui du reste de la population canadienne; les taux de blessures, de suicides et de diabète sont plus élevés chez les Premières nations et les Inuits).
  • B1.7 décrire des dispositions législatives importantes en matière de santé publique (p. ex., en 1996, l’Organisation mondiale de la Santé a mis sur pied un réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie; en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement, les substances chimiques dans l’environnement sont évaluées dans le but de déterminer si elles posent un risque pour la santé; des mesures de surveillance et de protection sont mises en place par les gouvernements pour empêcher les maladies d’origine animale d’entrer dans leur pays).

Acquisition d'habiletés

  • B2.2 élaborer un plan d’urgence en cas de pandémie (p. ex., adopter des mesures préventives; préparer une trousse d’urgence). [AI]
  • B2.3 commenter, selon un point de vue scientifique, des renseignements diffusés dans les médias sur une question actuelle se rapportant à la santé publique (p. ex., cerner les enjeux auxquels doit faire face une région affectée par une urgence environnementale telle qu’un ouragan ou un tremblement de terre). [AI, C]
  • B2.4 communiquer oralement et par écrit dans différents contextes en se servant des termes justes dont : pandémie, urgence environnementale, contamination, grippe pandémique, maladie infectieuse, paludisme, quarantaine, vaccin, diabète. [C]

Rapprochement entre la culture scientifique et technologique et l'environnement 

  • C3.1 commenter des initiatives gouvernementales ou non gouvernementales visant la protection de la santé publique (p. ex., l’Agence de la santé publique du Canada a mis sur pied la Semaine nationale de promotion de la vaccination; Santé Canada travaille avec les peuples des Premières nations et les Inuits afin d’améliorer leur état de santé; l’Agence de la santé publique du Canada donne des recommandations aux voyageurs internationaux pour la prévention et le traitement du paludisme). [AI, C]
  • C3.2 évaluer l’influence des enjeux de l’heure en santé publique sur les recherches scientifiques et technologiques (p. ex., avec l’augmentation de la mobilité, les maladies ne connaissent pas de frontières et les préoccupations universelles exigent une communauté de recherche qui peut réagir rapidement pour assurer la sécurité publique). [P, ER, AI, C]

Domaine C. Agents pathogènes et maladies

  • C1.1 décrire les caractéristiques et les cycles de reproduction de micro-organismes pathogènes représentatifs (p. ex., cycle lysogène, cycle lytique et cycle infectieux du paludisme).
  • C1.2 décrire différents modes de transmission de maladies, notamment la transmission par les insectes (p. ex., paludisme, encéphalite), par l’air (p. ex., grippe, tuberculose), par l’eau (p. ex., choléra, poliomyélite), par voie sexuelle (p. ex., sida) et par les aliments (p. ex., encéphalopathie spongiforme bovine, trichinose, fièvre typhoïde).
  • C1.4 décrire des mesures préventives pour se protéger contre les maladies infectieuses (p. ex., éviter l’infection en se lavant les mains, en utilisant des filtres antibactériens et en utilisant un préservatif pour réduire les risques de maladies transmissibles sexuellement; renforcer ses défenses immunitaires par une alimentation saine, de l’exercice physique régulier, suffisamment de sommeil et l’application des programmes de vaccinations obligatoires ou recommandées telles que la vaccination contre la grippe).
  • C1.5 expliquer l’utilité des vaccins, des antibiotiques, des antiseptiques et d’autres traitements médicaux dans la lutte contre les agents pathogènes.
  • C1.6 décrire des mesures préventives contre les agents pathogènes et les maladies infectieuses en milieu de travail (p. ex., les établissements de santé instaurent des plans de prévention et de contrôle des infections nosocomiales; l’industrie avi‑ cole doit adopter des mesures efficaces de biosécurité pour minimiser la propagation de maladies telles que la grippe aviaire; l’industrie alimentaire devrait re‑ courir à de rigoureux contrôles de qualité de ses produits afin d’en assurer la salubrité et de prévenir des maladies telles que la listériose).
  • C2.4 communiquer oralement et par écrit dans différents contextes en se servant des termes justes dont : micro -organisme, agent pathogène, épidémiologie, mode de transmission, réponse immunitaire, vaccin, antibiotique, antiseptique. [C]

Rapprochement entre la culture scientifique et technologique et l'environnement

  • C3.1 évaluer des conséquences de choix individuels sur la santé et la société (p. ex., la surconsomma‑ tion d’antibiotiques peut entraîner le développement de souches bactériennes résistantes). [P, ER, AI, C]
  • Piste de réflexion : La vaccination anti-grippale annuelle est recommandée pour les personnes les plus à risque telles que les personnes âgées, les élèves et les travailleurs de la santé. Le meilleur moment pour se faire vacciner est d’octobre au début novembre, soit au début de la saison de la grippe. Le vaccin antigrippal est gratuit pour les personnes vivant en Ontario.
  • Question pour alimenter la discussion : Quelles sont les technologies et innovations thérapeutiques utilisées pour lutter contre des maladies telles que la tuberculose, le sida et le paludisme? Quels sont les avantages des vaccins synthétiques? Quels sont les moyens utilisés pour réduire les risques de transmission de maladies infectieuses lors des transfusions sanguines?

Domaine E. Technologies médicales

  • E2.5 modéliser des mesures d’hygiène et de salubrité utilisées dans les laboratoires médicaux (p. ex., technique de lavage des mains, technique de prévention de la contamination d’échantillons, gestion des déchets biomédicaux). [ER]
  • E2.7 communiquer oralement et par écrit dans différents contextes en se servant des termes justes dont : biomécanique, biochimie, électrolyte, ion, pH, hormone, homéostasie, pression artérielle, capacité pulmonaire, rythme cardiaque, glycémie, vaccin, prothèse, laser, ultrason, rayon X, stimula‑ teur cardiaque, implant. [C]

Sciences

Domaine A. Méthode scientifique et choix de carrière

  • A1.1 repérer un problème de nature scientifique, poser des questions s’y rattachant et formuler une hypothèse.
  • A1.2 identifier les variables dépendantes et indépendantes d’une expérience ou cerner un sujet de recherche.
  • A1.3 planifier une expérience (p. ex., concevoir ou adapter un protocole expérimental, sélectionner le matériel et les instruments de mesure), élaborer une stratégie de recherche ou adopter une stratégie de résolution de problèmes.
  • A1.4 recueillir des renseignements dans des imprimés et des médias électroniques (p. ex., revue scientifique, base de données, internet) et les référencer.
  • A1.6 faire des observations et recueillir des données empiriques à l’aide d’instruments (p. ex., interface et sonde, cellule photoélectrique, balance, microscope) ou sélectionner de l’information selon des critères spécifiques (p. ex., pertinence, production attendue, fiabilité des sources, actualité).
  • A1.8 évaluer la fiabilité des données empiriques (p. ex., identifier les sources d’erreur et d’incertitude dans les mesures) ou de l’information recueillie ou la solution à un problème.
  • A1.12 communiquer ses méthodes de recherche, ses idées et ses résultats en utilisant un mode de production attendu (p. ex., rapport de laboratoire, page Web, vidéo, exposé écrit, exposé oral).
  • A2.11 décrire des possibilités d’emploi et des métiers qui requièrent des habiletés et des connaissances dans les domaines de l’électricité, de l’alimenta - tion, de la chimie des produits de consommation, de la santé et de la sécurité au travail, et détermi - ner les exigences de formation s’y rattachant (p. ex., technicienne ou technicien chimiste, technicienne ou technicien en production médiatique, boulangère ou boulanger, ouvrière ou ouvrier au fumoir à poisson, technologue en fabrication de produits laitiers, assistante ou assistant technique de collecte de sang, préposée ou préposé aux bénéficiaires, ambu ‑ lancière ou ambulancier, conceptrice ou concepteur de jeux électroniques, conseillère ou conseiller en communication électronique).

Domaine F. Transmission et prévention des maladies

  • F1.1 distinguer les bactéries et les virus selon leurs caractéristiques ainsi que leurs structures, leurs modes de reproduction et leur croissance.
  • F1.2 expliquer l’importance d’une immunisation régulière et de la mise à jour de sa fiche d’immunisation de l’Ontario.
  • F1.3 décrire différents modes de transmission de maladies, notamment la transmission par les insectes (p. ex., paludisme, encéphalite), par l’air (p. ex., grippe, tuberculose), par l’eau (p. ex., choléra, poliomyélite), par voie sexuelle (p. ex., sida, syphilis) et par les aliments (encéphalopathie spongiforme bovine, trichinose, fièvre typhoïde).
  • F1.4 décrire les causes, les symptômes, les mesures préventives et les modes de transmission de diverses maladies infectieuses (p. ex., sida, typhoïde, choléra).
  • F1.5 décrire l’utilité des vaccins, des antibiotiques, des antiseptiques et d’autres traitements dans la lutte contre les agents pathogènes.
  • F1.6 décrire des mesures préventives pour se protéger contre les maladies infectieuses (p. ex., éviter l’infection en se lavant les mains, en utilisant des filtres antibactériens et en utilisant un préservatif pour réduire les risques de maladies transmissibles sexuellement; renforcer ses défenses immunitaires par une alimentation saine, de l’exercice physique régu‑ lier, suffisamment de sommeil et l’application de programmes de vaccinations obligatoires ou recom‑ mandées telles que la vaccination contre la grippe).
  • F2.4 communiquer oralement et par écrit dans différents contextes en se servant des termes justes dont : maladie transmissible, maladie non transmis‑ sible, quarantaine, micro‑organisme, pathogène, fiche d’immunisation, vaccin, antiseptique, stérilisation, désinfection, pasteurisation, antibiotique.
  • F3.1 évaluer des conséquences de choix individuels sur la santé et la société (p. ex., la surconsommation d’antibiotiques peut entraîner le développement de souches bactériennes résistantes). [P, ER, AI, C]
  • Question pour alimenter la discussion : Quels sont les comportements préventifs à adopter pour réduire les risques de contracter des mala - dies transmissibles sexuellement? Pourquoi la vaccination antigrippale est ‑elle recommandée pour les élèves? Quelles sont les responsabilités des voyageurs en matière de santé avant de partir en voyage?
  • F3.2 évaluer l’incidence des progrès technologiques et thérapeutiques sur la lutte contre la propagation des maladies (p. ex., les technologies permettent d’élaborer de nouvelles méthodes d’identification, de surveillance, de prévention et de traitement des maladies). [P, ER, AI, C]
  • Question pour alimenter la discussion : Quelles sont les technologies et les thérapies utilisées pour lutter contre des maladies telles que la tuberculose, le sida et le paludisme? Quels sont les moyens utilisés pour réduire les risques de transmission de maladies infectieuses lors des transfusions sanguines?

Nutrition et santé (cours préuniversitaire)

Domaine B. Alimentation et santé

B1. Rôles des nutriments

  • B1.1 expliquer le rôle des macronutriments (p. ex., protéines, glucides, lipides, eau) et des micronutriments (p. ex., minéraux, vitamines).
  • B1.5 décrire certains résultats de carences (p. ex., anémie, ostéoporose, goitre, rachitisme, pellagre, kwashiorkor, marasme) et d’apports excessifs relatifs aux nutriments (p. ex., toxicité du fer, toxicité du fluor).

Domaine C. Nutrition et tendances

C2. Nutrition et prévention des maladies

  • C2.1 décrire les liens entre diverses pratiques alimentaires et la prévention et la gestion de maladies (p. ex., allergie, diabète, maladie cardiovasculaire, ostéoporose, néphropathie [affection rénale]).
  • C2.4 analyser des besoins nutritionnels de personnes atteintes de maladies particulières (p. ex., cancer, diabète, ostéoporose, VIH/sida) ou subissant des traitements médicaux (p. ex., chimiothérapie, combinaison de médicaments pharmaceutiques).

Domaine D. Enjeux locaux et mondiaux

D1. Sécurité alimentaire

  • D1.1 décrire les facteurs essentiels au maintien de la sécurité alimentaire (p. ex., accès durable et assuré, disponibilité croissante, quantité adéquate [suffisance], acceptabilité, durabilité).
  • D1.2 décrire l’incidence des facteurs sociaux, économiques et culturels sur les inégalités alimentaires parmi la population d’une même communauté (p. ex., genre, ethnicité, revenu d’emploi, affiliation religieuse ou politique).

Nutrition et santé (cours précollégial)

Domaine B. Alimentation et santé

B1. Rôles des nutriments

  • B1.1 expliquer le rôle des macronutriments (p. ex., protéines, glucides, lipides, eau) et des micronutriments (p. ex., minéraux, vitamines).
  • B1.5 décrire certains résultats de carences (p. ex., anémie, ostéoporose, goitre, rachitisme, pellagre, kwashiorkor, marasme) et d’apports excessifs relatifs aux nutriments (p. ex., toxicité du fer, toxicité du fluor).

Domaine C. Nutrition et tendances

C2. Nutrition et prévention des maladies

  • C2.1 décrire les liens entre diverses pratiques alimentaires et la prévention et la gestion de maladies (p. ex., allergie, diabète, maladie cardiovasculaire, ostéoporose, néphropathie [affection rénale]).
  • C2.4 expliquer les besoins nutritionnels de personnes atteintes de maladies particulières (p. ex., cancer, diabète, ostéoporose, VIH/sida) ou subissant des traitements médicaux (p. ex., chimiothérapie, combinaison de médicaments pharmaceutiques).

Domaine D. Enjeux locaux et mondiaux

D1. Sécurité alimentaire

  • D1.1 décrire les facteurs essentiels au maintien de la sécurité alimentaire (p. ex., accès durable et assuré, disponibilité croissante, quantité adéquate [suffisance], acceptabilité, durabilité).
  • D1.2 décrire les facteurs sociaux, culturels, économiques et politiques qui contribuent à des inégalités alimentaires dans une même communauté (p. ex., genre, ethnicité, revenu d’emploi, affiliation religieuse ou politique).

Individus et familles au Canada (cours préuniversitaire)

Domaine D. Tendances, enjeux et défis sociaux

D1. Tendances et défis pour les individus

  • D1.1 analyser les tendances démographiques récentes se rapportant à la vie des individus (p. ex., niveau de scolarité, participation de la maind’œuvre, revenu, vivre de façon autonome, âge de la retraite, espérance de vie, taux de cancer et autres maladies).
  • D1.2 évaluer l’incidence des tendances, des enjeux et des défis sociaux sur le développement des individus (p. ex., nouveaux médias, réchauffement de la planète, changement climatique, augmentation de l’espérance de vie, disponibilité des soins de santé, niveau de scolarité, changement économique).

Individus et familles au Canada (cours précollégial)

Domaine D. Tendances, enjeux et défis sociaux

D1. Tendances et défis pour les individus

  • D1.1 décrire des tendances démographiques récentes se rapportant à la vie des individus en prenant en compte diverses variables (p. ex., niveau de scolarité, population active, revenu, personne vivant seule, âge de la retraite, santé et maladies).
  • D1.2 décrire l’incidence des tendances, des enjeux et des défis sociaux sur le développement des individus (p. ex., nouveaux médias, changement climatique, augmentation de l’espérance de vie, disponibilité des soins de santé, niveau de scolarité, changement économique).

 

Cliquez sur les en-têtes ci-dessous pour voir une description de toutes les leçons de base pour ce niveau

Last modified: 
Apr 4, 2021