Aller au contenu principal

Désinformation COVID-19 : Lutter contre l'infodémie

 

Il y a actuellement deux batailles COVID-19. L'une consiste à lutter contre le virus lui-même en assurant la sécurité des personnes, en arrêtant sa propagation et en trouvant des remèdes et des vaccins.
 
L'autre bataille est la lutte contre la désinformation sur COVID-19. Avec les bonnes informations, nous pouvons nous protéger, protéger nos familles et le monde entier. Avec des informations erronées, nous pouvons nuire aux personnes qui nous sont chères et rendre plus difficile l'arrêt du virus.
 
Pas étonnant que le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, ait déclaré : « Nous ne combattons pas seulement une épidémie; nous combattons une infodémie. »
 
Nous devons gagner les deux combats. Malheureusement, des signes indiquent que nous perdons la bataille contre la désinformation COVID-19.

 

État actuel de la bataille contre la désinformation COVID-19

Quelle est la gravité de la propagation de la désinformation? Au moins deux pays—les États-Unis et le Royaume-Uni—ont mis en place des unités spécialisées pour lutter contre la désinformation sur COVID-19. Facebook, Twitter, YouTube, Google et Pinterest ont pris des mesures pour minimiser la désinformation. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a ouvert un compte TikTok juste pour le combattre.
 
Pourtant, malgré tous ces efforts, la désinformation se répand sur toutes les plateformes. Les utilisateurs de Facebook ont ​​trouvé des moyens de contourner les mesures anti-désinformation. Les médias traditionnels ont par inadvertance partagé de fausses informations sur COVID-19. Même certains chefs d'État ont dit des choses qui contredisent l'OMS et les Centres de contrôle des maladies (CDC).
 
De plus, la situation avec COVID-19 change chaque jour. Cela signifie que ce qui était exact hier ne signifie pas nécessairement qu'il est exact aujourd'hui.
 
En bref, la désinformation est omniprésente, et elle est beaucoup plus difficile à éviter que tu ne le penses. En fin de compte, c'est à chacun de nous de s'assurer que nous obtenons des informations précises.
 

À qui profite la désinformation?

  • Les pirates. Des escroqueries ont émergé qui promettent des informations précises, uniquement pour installer des logiciels malveillants à des fins politiques ou économiques.
  • Les ennemis politiques. Les États-Unis et la communauté européenne ont affirmé avoir détecté un effort coordonné du gouvernement russe pour diffuser des informations erronées sur COVID-19.
  • Les escrocs. Qu'ils vendent un « remède miracle » ou des informations secrètes d'initiés, beaucoup de gens essaient de nous convaincre qu'ils sont plus dignes de confiance que le CDC ou l'OMS. En fin de compte, ils essaient de te vendre l'adhésion, un produit ou une théorie du complot liée à un problème différent (comme des idées anti-vaccin).

 

 

La solution : traite TOUTES les informations sur le coronavirus / COVID-19
comme si elles se trouvaient dans ton dossier de courriels indésirables (pourriels).

Bien que la solution évidente consiste à obtenir nos informations auprès de sources fiables telles que le CDC, l'OMS et le BC Center for Disease Control (BCCDC), cela n'aide pas que les médias traditionnels se trompent également. Alors, quelle est la solution?
 
Traite TOUTES les informations sur le coronavirus / COVID-19 comme si elles se trouvaient dans ton dossier de pourriels. Même des informations prétendument du CDC.
 
Pense à la façon dont tu traites les courriels dans ton dossier de pourriels. Parfois, ce sont des courriels légitimes de vraies entreprises ou organisations en qui tu as confiance. Parfois, cela vient d'un prince soi-disant riche qui essaie de te donner un million de dollars, et ce n'est clairement pas digne de confiance.
 

Quand c'est soi-disant quelqu'un en qui tu as confiance :

Même si tu penses savoir qui t’a envoyé le courriel, s'il se trouve dans ton dossier de pourriels, tu ne dois pas l'ouvrir ou cliquer sur les liens. En effet, il peut s'agir d'un escroc ou d'un pirate qui simule un courriel. Souvent, tu verras quelque chose d'effrayant comme « Ton compte est annulé » dans la ligne d'objet. Ils essaient de t’inciter à cliquer sur le lien. Au lieu de cela, tu dois toujours te rendre directement sur le site internet de l'entreprise et y rechercher les informations. Si c'est également sur leur site internet, tu sais que c'est vrai.
 
La même chose s'applique aux informations COVID-19. Même si un article, un site web, une vidéo ou une personne dit que les informations proviennent directement de l'OMS, essaie de les chercher toi-même sur Google. Vérifie si l'OMS (ou CDC, BCCDC ou d'autres sources fiables) le dit également sur son site. Sinon, on peut parier que cela a été inventé ou mal cité.
 
Tu souhaites également vérifier la date de publication de toute information que tu lis. Étant donné que les informations sur COVID-19 changent fréquemment, assure-toi qu'il s'agit d'informations récentes. Certains faits changent quotidiennement (comme le nombre de personnes infectées), tandis que d'autres peuvent prendre un peu plus de temps à changer (comme les faits sur le traitement, où aller et quoi faire).
 

Quand ce n'est clairement pas digne de confiance :

Si un courriel se trouve dans ton dossier de pourriels et qu'il s'agit clairement d'un courriel frauduleux, tu ne dois pas du tout ouvrir le courriel (et encore moins cliquer sur les liens à l'intérieur). Supprime-le et oublie-le.
 
La même chose peut être dite pour les informations COVID-19. S'il s'agit clairement de désinformation, ne l'ouvre pas, ne l'engage pas ou ne la lis pas. Ouvrir et cliquer sur ces articles peut sembler inoffensif, mais cela contribue en fait à la propagation de la désinformation (par exemple, les clics feront croire à l'algorithme de Facebook qu'il vaut la peine d'être montré à plus de gens). La désinformation délibérée existe parce que les gens cliquent sur ces liens. Même si tu ne le crois pas, le site peut obtenir des revenus publicitaires, tes données ou même te faire télécharger un virus informatique. Ça n'en vaut pas la peine.
 
Les chercheurs, les agents de santé publique, les médecins, les infirmières et autres spécialistes travaillent dur pour lutter contre le virus COVID-19. Bien qu’il soit difficile d’y contribuer directement, nous pouvons tous lutter contre la désinformation.
 
 N'oublie pas, traite toutes les informations COVID-19 comme si elles se trouvaient dans ton dossier de pourriels.
 

Qu'en est-il de Kids Boost Immunity en tant que source fiable d'informations?

Kids Boost Immunity (KBI) est une source fiable. KBI est une initiative canadienne en matière de santé rendue possible grâce à un partenariat entre des organismes de santé publique au Canada, notamment le ministère de la Santé de la Colombie-Britannique, l'Agence de la santé publique du Canada et le BC Centre de contrôle des maladies (BCCDC).

Cela étant dit, les informations sur COVID-19 changent trop rapidement même pour KBI! C'est pourquoi KBI ne publie pas d'informations spécifiques sur COVID-19 telles que le nombre de cas, les pays ou même la nature du virus. Pour obtenir les informations les plus récentes sur COVID-19, tu dois t’adresser à l'OMS, au CDC, au BCCDC ou à d'autres organisations de santé publique de confiance.

Pour plus d'informations sur la façon d'être un penseur critique, consulte les leçons de la section Pensée critique et évaluation des informations.  


Tous les cours et quiz sont gratuits!

Ce n'était là qu'une des leçons de notre section Antibiotiques. Il y a plus de 60 leçons sur Kids Boost Immunity comme celle-ci sur une variété de sujets. Chaque leçon comprend un quiz et chaque fois qu'un élève obtient un score de 80% ou plus à un quiz, nous donnerons des vaccins vitaux à UNICEF Canada. S'inscrire maintenant!

Pour voir d'autres exemples de leçons, cliquez ici.

DERNIÈRE MODIFICATION
  Oct 19, 2020